Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 1811, 12 mars : Redinha

Aller en bas 
AuteurMessage
franckT
Maréchal
franckT

Nombre de messages : 990
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

1811, 12 mars : Redinha Empty
MessageSujet: 1811, 12 mars : Redinha   1811, 12 mars : Redinha EmptyJeu 14 Mar - 16:32

Wiki :
"By February 1810 Masséna, stalled for six months at the Lines of Torres Vedras, his men famished and demoralized, accepted the advice of his despondent lieutenants and began preparations to extricate the French army from Portugal. With his customary sang-froid Masséna drafted orders calling for the army to quit the Tagus abruptly between 4 and 6 March, aiming to secure Coimbra as a base from which to throw bridges over the Mondego River and afford the army a passage to safety. The French pursued a retrograde movement along the Mondego valley—which Masséna had long contemplated, were it not for Napoleon's express orders forbidding him to budge from the Tagus—hoping for better foraging country as they exhausted their last reserves of biscuit.

Aware that his preliminary measures of channelling wounded or ill men, heavy guns, and large wagons, would alert the British and Portuguese to his intentions, Masséna took measures to forestall an Allied attempt against his lines. In the Tagus valley where the French were established in depth, a handful of bayonets would suffice to keep Wellington at bay, but along the coastal roads, rapid movements might allow the enemy to seize Leiria, Pombal, or Condeixa, cutting the French line of retreat and forcing Masséna south into the Zêzere valley, an inhospitable and dangerous region. By March 5, every corps in the French army was in motion: a concentration at Punhete under Loison masked the broader movements, Loison feinting an attempt to force the Tagus. Marshal Ney raced from Tomar towards the heights of Leiria with two divisions (Mermet and Marchand) and a cavalry brigade (Montbrun), adding Conroux's division on the march and putting some 22,000 men on the approach to the sea. Meanwhile, Reynier moved from Santarém to Tomar, descending the heights at Miranda do Corvo and establishing himself on the left bank of the Mondego. Junot would march to Torres Novas, passing Ney, crossing Pombal, and racing on to Coimbra. Loison, after destroying the decoy bridges at Punhete March 7, joined Ney at Leiria, forming Masséna's rearguard.

Wellington moves
The Allies stood still between March 4 and 6, tracking the French manoeuvres and trying to discern Masséna's intentions with certainty. To Wellington the apparent French retreat was itself a welcome relief, and the general opted to wait out events rather than risk compromising his advantage with precipitous actions against the enemy. Unbeknownst to the French, however, several Allied detachments (largely Portuguese recruits) had already seized many positions along the Mondego. Consequently, the Allies did not march until the morning of the 6th, with Wellington directing a circumspect and cautious pursuit of Ney.

French parties under Montbrun reconnoitred the Mondego the morning of March 11 but found the river, in full flood, impossible to ford, and Coimbra occupied by Portuguese militia under Nicholas Trant. The next day, a location was discovered at Pereira, eight miles upstream, where the river might be passed by a set of bridges, providing some 36 hours could be gained for their construction.

Pombal
Wellington's first check came at the village of Pombal, which Ney initially yielded to the approaching Allied columns without a fight the morning of March 11. As the British filed into the village, Ney ordered an abrupt about-face and counterattacked with three battalions, brusquely pushing the enemy from the town and throwing the British columns into disorder, with some troops being driven into the river and drowned. The French battalions then put Pombal to the torch, stalling the Allied pursuit and buying Masséna the crucial hours needed to occupy Coimbra—though, as it turned out, the opportunity was missed.

Battle
Initial movements
Wellington advanced his army in three columns, the right made up of Picton and Pack's divisions, the left of Erskine's, and the centre that of Cole's troops, supported by cavalry under John Slade, Wellington attempted to outflank Ney's position. When one column closed in, the French attacked with (depending on the terrain) musket fire, bayonet or cavalry. Each time the allied columns pressed the French too hard, his troops took the column in the flank and drove it back.

Combat of Redinha
Ney's rearguard formed a new position on the heights next to the river Soure, overlooking the allies moving across a small plain on one side and the village of Redinha and the Ancos river on the other. His troops formed two rank lines, supported by artillery, skirmishers placed in strategic locations to the front and cavalry positioned further back. When the Light Division, Pack’s Portuguese Division and Picton’s 3rd Division had been joined by the 4th Division, with the 1st and 6th Divisions close behind, did Wellington begin his attack. The 3rd Division attacked the skirmishers on the heights of the French left, the Light Division attacked those on the right, with Cole's troops advancing on the French centre.

Picton's division succeeded in mastering the heights and the French fell back. The allies followed but were brought in range of all six of Ney's guns and the British fell back with heavy losses. A bayonet charge from three small battalions of the 27th, the 59th and all Ney's tirailleurs drove the British-Portuguese all the way back to the foot of the heights. On Ney's right, the Light Division suffered a similar fate. They managed to eject the French skirmishers posted in the wood but were met and driven back by infantry and cavalry hidden from view. Cole's men were unable to make any progress.

With both of his flanks driven back, Wellington advanced his centre to attack the position of the French in front. Ney responded with the 25th Light and the 50th of the line, supported by artillery and the 3rd Hussars and the 6th Dragoons. There was a discharge of musketry and artillery, followed by another bayonet and cavalry charge, and the Anglo-Portuguese centre was thrown into confusion. At this point when the allied centre faltered, Ney might have been on the verge of winning a spectacular victory had he been able to more fully engage Mermet's division, driving the allies into the valley Arunca. But the Duke of Elchingen was prudent and recalled his troops back to the bridge, and for an hour continued repulsed further assaults on his position, breaking the ranks of the Anglo-Portuguese with intense musket fire.

By four o'clock Ney had broken all the allied assaults, until Wellington rallied his entire army in four lines and advanced them on the French position, again attempting to turn both flanks. Ney, with no reserves left, fired a salvo from his cannon, creating a screen of smoke to conceal the withdrawal of his troops across the river. Redinha was put to the torch and Ney assumed a new positioned on the other side of the Ancos river. Wellington's again attempted to turn both flanks but Ney withdrew his rearguard to prevent being trapped, retiring to the village of Condeixa.

Aftermath
As a consequence, the Allies were forced to halt and recuperate for a day on the river Soure. They had lost a around 1,800 men compared to only 150 or 229 men for the French. Wellington's contemporaries, both French and British, criticized his handling of the battle. An unlikely dissenter was the Baron de Marbot who, as an eyewitness, deemed the battle of no consequence and deplored the false pride of two generals which cost so many brave men their lives with no result. Historian John Fortescue likewise defended Wellington, contending that:
It is by no means certain that Wellington showed undue caution. [...] His army was still England's only army; and it could have served no purpose to lose a number of men in a partial engagement when the same result could be attained by a few hours' delay. The country was an ideal one for rearguard actions; Massena's though a retreating was not a beaten army, and most of his generals were tacticians of skill and experience.

Ney has been praised for his remarkable handling of the rearguard. For the loss of 150 or 229 men he had held Wellington up for an entire day, giving Masséna the time he needed to force his way across the Mondego River. Wellington himself believed the entire French army was upon him, and was disappointed to discover that it was merely a rear-guard."

_________________
La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. PaulV
Revenir en haut Aller en bas
franckT
Maréchal
franckT

Nombre de messages : 990
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

1811, 12 mars : Redinha Empty
MessageSujet: Re: 1811, 12 mars : Redinha   1811, 12 mars : Redinha EmptyJeu 14 Mar - 16:48

Wiki: Français : 7000 (150 à 229 pertes), anglais : 25000 (1800 pertes)
"En février 1810, Masséna, bloqué pendant six mois aux lignes de Torres Vedras, affamé et démoralisé, accepta les conseils de ses lieutenants abattus et commença à préparer le retrait de l'armée française du Portugal. Par son sang-froid coutumier, Masséna donna des ordres appelant l'armée à quitter le Tage brusquement entre le 4 et le 6 mars, dans le but de faire de Coimbra une base permettant de jeter des ponts sur le fleuve Mondego et de permettre à l'armée de passer en sécurité. Les Français poursuivirent un mouvement rétrograde dans la vallée de la Mondego. - que Masséna avait longtemps envisagé, ne serait-ce que par les ordres express de Napoléon lui interdisant de quitter le Tage - dans l'espoir d'un meilleur pays à fourrager alors qu'ils épuisaient leurs dernières réserves de biscuits.

Conscient que ses mesures préliminaires consistant à canaliser des hommes blessés ou malades, des armes lourdes et de gros chariots alerteraient les Britanniques et les Portugais de ses intentions, Masséna prit des mesures pour empêcher une tentative des Alliés contre ses lignes. Dans la vallée du Tage, où les Français étaient établis en profondeur, une poignée de baïonnettes suffirait pour tenir Wellington à distance, mais le long des routes côtières, des mouvements rapides pourraient permettre à l'ennemi de s'emparer de Leiria, Pombal ou Condeixa, coupant la ligne française se retirer et forcer Masséna vers le sud dans la vallée de Zêzere, une région inhospitalière et dangereuse. Le 5 mars, tous les corps de l'armée française étaient en mouvement: une concentration à Punhete sous Loison masquait des mouvements plus larges, Loison feignant d'essayer de forcer le Tage. Le maréchal Ney a couru de Tomar vers les hauteurs de Leiria avec deux divisions (Mermet et Marchand) et une brigade de cavalerie (Montbrun), ajoutant la division de Conroux à la marche et mettant environ 22 000 hommes à l'approche de la mer. Pendant ce temps, Reynier a déménagé de Santarém à Tomar, en descendant les hauteurs de Miranda do Corvo et en s’installant sur la rive gauche du Mondego. Junot se dirigeait vers Torres Novas, passant devant Ney, traversant Pombal et rejoignant Coimbra. Loison, après avoir détruit les ponts de leurres à Punhete le 7 mars, rejoint Ney à Leiria, formant l’arrière-garde de Masséna.

Wellington se déplace
Les Alliés restèrent immobiles du 4 au 6 mars, surveillant les manœuvres françaises et essayant de discerner les intentions de Masséna avec certitude. Pour Wellington, le retrait apparent des Français était en soi un soulagement bienvenu, et le général choisit d'attendre les événements plutôt que de risquer de compromettre son avantage par des actions précipitées contre l'ennemi. À l'insu des Français, toutefois, plusieurs détachements alliés (principalement des recrues portugaises) avaient déjà occupé de nombreux postes le long du Mondego. En conséquence, les Alliés ne marchèrent pas avant le 6 au matin, Wellington dirigeant une poursuite prudente et prudente de Ney.

Les partis français sous Montbrun ont reconnu le Mondego le matin du 11 mars, mais ont trouvé le fleuve inondé, impossible à traverser et Coimbra occupée par la milice portugaise dirigée par Nicholas Trant. Le lendemain, un site a été découvert à Pereira, à huit milles en amont, où la rivière pourrait être traversée par un ensemble de ponts, ce qui permettrait de gagner environ 36 heures pour leur construction.

Pombal
Le premier échec de Wellington a eu lieu au village de Pombal, que Ney a initialement cédé aux colonnes des Alliés sans se battre le matin du 11 mars. Alors que les Britanniques entraient dans le village, Ney ordonna un virage brusque et la contre-attaque avec trois bataillons repoussant l'ennemi de la ville et jetant le désordre dans les colonnes britanniques, certaines troupes étant entraînées dans la rivière et noyées. Les bataillons français ont ensuite mis à Pombal le feu, bloquant la poursuite des Alliés et procurant à Masséna les heures cruciales nécessaires à l'occupation de Coimbra - même si, en fin de compte, l'occasion a été manquée.

Bataille
Mouvements initiaux

Wellington a avancé son armée en trois colonnes, la droite composée des divisions de Picton et Pack, la gauche d'Erskine et le centre des troupes de Cole, soutenues par la cavalerie dirigée par John Slade, Wellington a tenté de contourner la position de Ney. Quand une colonne se rapprochait, les Français attaquaient avec (selon le terrain) des tirs de mousquet, des baïonnettes ou de la cavalerie. Chaque fois que les colonnes alliées pressaient trop les Français, ses troupes prenaient la colonne dans le flanc et la repoussaient.

Combat de redinha
L'arrière-garde de Ney a créé une nouvelle position sur les hauteurs au bord de la rivière Soure, donnant sur les alliés se déplaçant dans une petite plaine d'un côté et le village de Redinha et la rivière Ancos de l'autre. Ses troupes formaient deux lignes de rang, soutenues par de l'artillerie, des tirailleurs placés à des emplacements stratégiques à l'avant et une cavalerie placée plus en arrière. Lorsque la division légère, la division portugaise de Pack et la 3e division de Picton ont été rejointes par la 4e division, Wellington a commencé son attaque. La 3ème division attaqua les tirailleurs sur les hauteurs de la gauche française, la division légère attaqua ceux de droite, les troupes de Cole s'avançant sur le centre français.

La division de Picton a réussi à maîtriser les sommets et les Français ont reculé. Les alliés ont suivi, mais ont été mis à portée des six canons de Ney et les Britanniques se sont repliés avec de lourdes pertes. Une charge à la baïonnette de trois petits bataillons des 27e, 59e et tous les tirailleurs de Ney a ramené les Britanniques et les Portugais jusqu'au pied des hauteurs. A la droite de Ney, la division lumière subit un sort similaire. Ils ont réussi à expulser les tirailleurs français postés dans le bois mais ont été retrouvés et repoussés par l'infanterie et la cavalerie à l'abri des regards. Les hommes de Cole étaient incapables de progresser.

Les deux flancs refoulés, Wellington a avancé son centre pour attaquer la position des Français en avant. Ney a répondu avec le 25e Léger et le 50e de ligne, soutenus par l'artillerie et le 3e Hussards et le 6e Dragons. Il y eut un tir de mousqueterie et d'artillerie, suivi d'une autre charge de baïonnette et de cavalerie, et le centre anglo-portugais fut plongé dans la confusion. À ce moment-là, lorsque le centre allié a faibli, Ney aurait été sur le point de remporter une victoire spectaculaire s'il avait pu mieux engager la division de Mermet, entraînant les alliés dans la vallée d'Arunca. Mais le duc d’Elchingen fit preuve de prudence et rappela ses troupes sur le pont. Pendant une heure, il repoussa les assauts de sa position, brisant les rangs des Anglo-Portugais sous un tir intense.

À quatre heures, Ney avait brisé tous les assauts des alliés, jusqu'à ce que Wellington rassemble toute son armée sur quatre lignes et les propulse sur la position française, tentant à nouveau de tourner les deux flancs. Ney, n'ayant plus aucune réserve, a tiré une salve de ses canon, créant ainsi un écran de fumée dissimulant le retrait de ses troupes de l'autre côté de la rivière. Redinha a été mis au feu lui aussi et Ney a pris une nouvelle position de l'autre côté de la rivière Ancos. Wellington a de nouveau tenté de tourner les deux flancs, mais Ney a retiré son arrière-garde pour éviter d'être pris au piège et s'est retiré dans le village de Condeixa.

Conséquences
En conséquence, les alliés ont été obligés de s'arrêter et de récupérer pendant une journée sur la rivière Soure. Ils avaient perdu environ 1 800 hommes contre seulement 150 ou 229 hommes pour les Français. Les contemporains français et britanniques de Wellington ont critiqué sa gestion de la bataille. Le baron de Marbot était un opposant peu fiable. En tant que témoin oculaire, il considérait que la bataille était sans conséquence et déplorait la fierté de deux généraux qui ont coûté la vie à tant d'hommes courageux sans résultat. L’historien John Fortescue a également défendu Wellington, affirmant que:
Il n’est en aucun cas certain que Wellington a fait preuve d’une prudence excessive. [...] Son armée était encore la seule armée d'Angleterre; et perdre un certain nombre d'hommes lors d'un engagement partiel alors que le même résultat pouvait être obtenu avec quelques heures de retard aurait été inutile. Le pays était idéal pour les actions d'arrière-garde; Bien que le retrait de Masséna ne soit pas une armée battue, la plupart de ses généraux étaient des tacticiens de talent et d'expérience.

Ney a été félicité pour sa remarquable maniabilité de l’arrière-garde. Pour la perte de 150 ou 229 hommes, il avait tenu Wellington pendant une journée entière, laissant à Masséna le temps nécessaire pour traverser de force le fleuve Mondego. Wellington, lui-même, croyait que toute l'armée française était à ses trousses et était déçu de découvrir qu'il ne s'agissait que d'une arrière-garde. "

_________________
La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. PaulV
Revenir en haut Aller en bas
 
1811, 12 mars : Redinha
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Campagne d'Espagne et du Portugal 1807-1814-
Sauter vers: