Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Tudela, 23 nov 1808

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: Tudela, 23 nov 1808   Dim 27 Oct - 5:39

La bataille de Tudela est une bataille de la guerre d'Espagne disputée le 23 novembre 1808 près de Tudela, en Espagne. La bataille aboutit à la victoire des Français commandés par le maréchal Lannes contre les espagnols commandés par le général Castaños.
40 000 Espagnols tentèrent de retenir 30 000 soldats français, avant d'être battus. Les pertes espagnoles supérieures à 6 000 hommes, pour seulement 460 dans le camp français.

Aux premières lueurs de l'aube, les forces de l'armée de réserve commencèrent à traverser les 360 m du pont sur l'Ebre, ces forces étaient aragonaises en majorité, avec quelques volontaires navarrais, les uniformes grisâtres, et équipés à la diable, avec plus d'ardeur que de discipline, et beaucoup plus l'aspect d'un peuple en armes que d'une armée régulière. Quelques semaines plus tôt, le colonel de l'un des bataillons se plaignait que:
« "Ses gens avaient seulement des chemises et des caleçons, et que leurs fusils étaient inutilisables." »
La traversée de Tudela par les troupes, alors qu'il faisait encore nuit et que les rues de la vieille ville étaient très étroites, fut une tâche difficile. Il y eut un grand chahut, et les ruelles furent embouteillées. À cause de cela et aussi parce qu'ils arrivèrent tard dans la ville, les soldats tardèrent à occuper les positions qui leur étaient assignées, en conséquence entre Santa Quiteria et Cabezo Maya une grande partie du terrain resta sans protection.
Pendant ce temps, le maréchal français Lannes, qui ne perdait pas de temps, s'assura des alentours de la ville, alors que le soleil commençait à pointer depuis les monts de Cierzo. Lannes s'étonna qu'il n'y eut aucune sentinelle et de ne voir nulle part l'ennemi6,7,8.
Pendant ce temps, les renforts finissaient de traverser le pont et le trafic des troupes, des voitures, des canons et de la cavalerie se réglait quelque peu dans les rues de la ville. On entendait les premières salves de canons et de fusillades tirées par les Français.
Ceci mit fin à la dispute entre Castaños et Palafox - Résister ou se retirer? En toute hâte, il fut nécessaire de prendre des dispositions défensives.
Il devait être sept heures du matin quand les premiers français se rendirent maitre du castillo9 Selon un historien de l'époque, ce fut à huit heures que l'on annonça l'arrivée des français et que l'on commença à se préparer au combat.

Selon le rapport du général Castaños, Franciso Palafox voulut sortir avec son adjoint par la route qui lui paraissait la plus courte pour découvrir l'ennemi et se retrouva nez à nez avec une patrouille de dragons français, au débouché d'un tournant, et il dut tourner casaque en toute hâte. Comme les ruelles de la ville étaient pleines de soldats, l'entrée des français fut retardée.
Selon certains témoins, l'armée de réserve entama l'action dans la ville, les hommes de la division Roca attaquèrent bravement à la baïonnette, réussirent à déloger les patrouilles ennemies du sommet de Santa Barbara.
Une fois maîtres de la colline qui dominait Tudela, les bataillons Caro et Pinohermoso se déployèrent sur les flancs de la colline, prirent position sur les collines voisines, en face du plateau de Puntal del Cristo, d'où l'on découvrait à présent le gros des forces françaises de Mathieu.
Les volontaires de la division de Saint-March se disposaient à occuper les hauteurs de la vallée du rio Queiles (Mont San Julian qui abrite aujourd'hui le cimetière et la colline de Santa Quiteria).
O'Neylle, avec la majeure partie des troupes d'Aragon s'efforça d'organiser la défense aux abords de la ville, sur la route de Saragosse, dans l'attente des ordres du général Castaños à qui on avait accordé le commandement dans ce moment critique.
Entre huit et neuf heures, la surprise et la réaction se succédèrent rapidement dans Tudela. La surprise avait été totale, la confusion atroce, mais la réaction fut violente et énergique, bien que conduite dans les pires conditions.
Ce coup avorté de l'ennemi fut suivi d'une période de calme relatif. C'est à la fin de cette trêve que le maréchal français conçut son plan de bataille, après avoir observé les lignes de défense espagnoles et surtout au vu du grand nombre de failles qui étaient non seulement nombreuses mais importantes.
Il négligea l'armée qui se trouvait à Tarazona et se concentra sur la ligne qui va de Tudela à Cascante, la partie la plus vitale et aussi la plus dégarnie.
Les premières décisions de Lannes concernèrent les objectifs suivants :
Attaque partielle du flanc droit espagnol (Tudela).
Reconnaitre et tester le centre (Monts de la rive du rio Queiles jusqu'à Urzante), tâche pour laquelle il garda en réserve les divisions Morlot et Granjean.
Lancer le gros de sa cavalerie contre celle de Cascante pour éviter que le général La Peña n'étende ses lignes jusqu'à Tudela et afin de donner à la division Lagrange le temps d'arriver en position d'affrontement avec ceux qu'ils pensait être les andalous.
Et voilà comment commença la bataille de Tudela, qui à cause de quelques erreurs, de la discorde entre les généraux espagnols et le mauvais état de l'armement des troupes espagnols... commença à neuf heures, se généralisa à dix heures devait avoir un dénouement rapide et tragique à trois heures de l'après-midi.
La division Mathieu fut la première à attaquer la colline de Santa Barbara10 pendant que la division Musnier restait sur le plateau de Puntal del Cristo.
Suivant les ordres, les généraux Mathieu et Habert formèrent leurs troupes en colonne d'attaque et attaquèrent les Espagnols, précédés d'un bataillon de tirailleurs. Mathieu marchait à la tête d'un régiment de la Vistule et Habert devant le 14e de ligne. C'étaient de vieux régiments qui avaient combattu à Eylau11.
Le choc survint peu après neuf heures du matin. il eut lieu sur les trois collines des contreforts du Canraso qui s'étend en face de Tudela12.
Avant cette attaque, Castaños renforça le château de Santa Barbara avec des Aragonais qui venaient de passer le pont.

par la suite :
The Spanish armies of the left and right escaped from Tudela in two directions.
The Aragonese forces on the right made for Saragossa where they would assist in the Second Siege of Saragossa starting on 20 December 1808. The virtually intact Spanish left moved towards Madrid to defend that city.
Napolean however moved quicker and after defeating a small Spanish army at Somosierra Pass on 30 November 1808, arrived in Madrid on 1 December 1808.
Napolean’s strategy ultimately ended in total success with Madrid in his hands. He was then able to prepare for the reconquest of Portugal.

Commandants
• Jean Lannes
• François Joseph Lefebvre
• Michel Ney

• Francisco Javier Castaños
• José de Palafox y Melzi
• Conde de Villariezo
• Juan O'Neylle
• Manuel la Peña
• Pedro Grimarest Oller

Strength
31,000 français & polonais
33,000 espagnols
Casualties and losses
650 dead or wounded franco-polonais
4,000 dead, wounded, or captured & 26 guns lost espagnols

_________________
La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. PaulV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tudela, 23 nov 1808
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Campagne d'Espagne et du Portugal 1807-1814-
Sauter vers: