Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 tourcoing, 18 mai 1794

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: tourcoing, 18 mai 1794    Mer 21 Nov - 17:01

victoire de souham, moreau & 70.000h vs york(gb), frederick de saxe-coburg-saafeld(öst) & 74.000h

The Army of the North (dont 40.000 engagés et 20.000 soldats de métier)

divisions of Souham 3/1 (28,000)
Brig-Gen Étienne MacDonald 4/1
Malbrancq's brigade
Brig Thierry
Brig Dandaels
Brig Jardon

Div Moreau (22,000)
Brig-Gen Dominique Vandamme (12,000)

Div Bonnaud (20,000) 4/3

Div Osten (10,000).

Frederick de Saxe-Coburg's army 20.000 Autrichiens

6e Austrian columns commanded by Archduke Charles (18½ battalions, 6 esc) 20.000 hommes

Brig werneck ?
Fusilier autrichien 1e
Fusilier autrichien2
Hongrois 1e
Hongrois 2e

1e Austrian columns commanded by Count of Clerfayt 16.000 hommes (dt 13.000cv)

Brig Fabry ?
Hussards autrichien
Cvleger autrichien

3e center column led by Otto (under york) : 7.000 “autrichiens”(13bat), 1.000 (11esc) gb

Brig légère ?
Léger autrichien de Laudon
Freikorp autrichien de o’donnell
Chasseurs Tyroliens ©
chasseurs de hesse –kassel : 2x2cies (« Tirailleurs hessois » ?) (c)

Brig Ausky ?
2 Fusiliers (hongrois ?) 4 à 6 cies
3 Grenadiers hanovriens ? 4 ou 5cies
Bat d’élites de gardes anglais (E3) 3ou4cies
2 grenadiers hessois ? 4ou5cies

brig Dundas ? (gb)
Drag leger 3esc, 100h/esc
Drag leger 3esc
Drag leger 3esc
Drag leger 2esc

5e Austrian columns commanded by Franz Josef von Kinsky. 11.000 hommes 12bat, 16esc d’erskine*

div ou brig Wurmb ?

Grenadiers hanovriens là aussi...!

2e col. Von dem Bussche (under York) commanded the Hanoverians (5 ou 10 bns, 8 ou 10 sqdns) 4.000
Batterie à p 6 pièces de cal 6

Brig hammerstein
Garde 1e bat à 150h/cie théoriquement, 4 cies (prendre gren prussien en attendant que je créé l’armée) prendre 2x4
Garde 2e bat, id
1st Hanoverian Infantry Regiment, 1e bat, id
1st Hanoverian Infantry Regiment, 2e bat, id
? rgt, 1e bat, id
? rgt, 2e bat, id

Brig Diepenbroick ou Dachenhausen
?rgt, 1e bat
?rgt, 2e bat
?rgt, 1e bat
?rgt, 2e bat

Brig Degenhausen (prendre profils prussiens ou saxon pour l’instant, en cette époque la cv hanovrienne était réputée…)
Dragon combiné, 150h par esc théoriquement, 2esc. Prendre 2x2
leib regiment, 150h par esc, 2esc
Dragonleger, 150h par esc, 2esc (même uniforme que les draglegers brit de 1776)
Cavalerie, 150h/esc, 4esc

4e col. The Duke of York (1/-1) 10.000 hommes, 2.400 chevaux
the English (8 bns, 6 sqdns)

brig Abercromby
ligne anglaise
léger anglais

brigade Lacke ?
British Guards x3
3xinf?
2x3esc de drag gardes ?

Hessen-Darmstadt (3 bns, 4 sqdns) berk ?
2bat de mousquetaire régiment ( des « gardes » du landgrave ?) & 1 de léger à 4cies (« Tirailleurs hessois » ?)

Hessen-Kassel (4 bns, 8 sqdns) berk ?
régiment ( des « gardes » du ) landgrave 1e bat ?x4
régiment ( des « gardes » du ) landgrave 2e bat ?x4

Hessen-Kassel dalwiyck
gendarmes (lourde inf, L2) 3esc ?
dragon (legers) les plus nombreux 2esc ? +3esc cvleger de darmstadt ?
carabiniers (gardes ou leib dragon ?) 3esc

*Réserve de cv du général Eskine (16esc anglais)
Art à cv ?
Brig harcourt
Garde à cv 3esc (3x3)
Dragon garde 3esc
Brig mansel
Dragon garde 4esc
Scots greys 3esc
Dragon royaux 3esc

_________________
La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. PaulV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: Re: tourcoing, 18 mai 1794    Lun 25 Fév - 1:47

Bataille de Tourcoing.(trouvé ds le dictionnaire des batailles franco-anglaises)
Date de l'action: 18 - 22 mai 1794.

Localisation: Nord de la France, frontière belge. Coordonnées géographiques: 50° 43' de latitude Nord, et 03° 09' de longitude Est.

Conflit: Guerres de la Révolution Française [1793-1804]. Première Coalition, 1793-1797.

Contexte: Au printemps 1794, 78.000 coalisés attendaient le long de l'Escaut: Anglais, Prussiens, Autrichiens et Hanovriens; en six camps. L'empereur d'Autriche arriva le 15 mai à Tournai avec le prince de Cobourg, à la tête de 20.000 Autrichiens d'élite. Les Anglais et les Hanovriens sous les ordres du duc d'York campaient à Lamain. Les Alliés établirent un «plan de destruction» de l'armée française. Paradoxalement, au lieu d'attaquer en masse avec supériorité numérique, les Alliés se formèrent en 6 colonnes. La première partit de Thielt, passa la Lys à Wervick et n'arriva que le 18 au matin à Linselle, au lieu d'arriver le 17 comme prévu. La deuxième colonne atteignit, le 17, le poste français de Mœscroen. Le duc d'York [4e colonne] marcha, avec 15 bataillons d’Infanterie et 2.400 chevaux, sur Roubaix et Mouvaux. La 5e colonne [général Kinsky] devait se joindre à la sixième. Cette 6e colonne [archiduc Charles d'Autriche] comptait 20 bataillons d'Infanterie et 32 escadrons de Cavalerie.



Chefs en présence ♦Anglo-alliés: L'empereur d'Autriche était l'autorité suprême des armées alliées. Le duc Frédéric d'York était le fils du roi d'Angleterre Georges III. Le maréchal Otto, un Autrichien né en Hongrie. ♦Français: le général-comte Joseph Souham

Effectifs engagés ♦Français: l'Armée du Nord, 60.000 hommes, dont 40.000 engagés et 20.000 soldats de métier seulement.
♦Anglo-alliés: 85.000 hommes en 6 colonnes:
1♦16.000 hommes et les pontonniers [général Clerfayt]
2♦4.000 Hanovriens [général Busch]
3♦10.000 Autrichiens et 7.000 cavaliers anglais [maréchal Otto],
4♦12 bataillon d'Infanterie et 10 escadrons de Cavalerie sans compter la Réserve tactique du général Eskine de 16 escadrons de Cavalerie, le tout sous le commandement du duc d'York, fils du roi d'Angleterre; en tout 10.000 hommes.
5♦11.000 hommes du général Kinsky,
6♦20.000 hommes de l'archiduc Charles.


Stratégie ou tactique: Les réquisitions, les pillages, les occupations successives avaient ruiné Tourcoing. Un affreuse disette régnait dans cette petite ville de 11.000 habitants.
Les coalisés voulaient couper l'Armée française, dite de Flandre Maritime, postée entre Lille et Dunkerque, du reste des forces françaises, afin d'anéantir ces troupes isolées. Le plan du duc d'York, soumis à l'empereur d'Autriche, était de faire traverser la Lys à la colonne Clerfayt qui se dirigeait vers Mouvaux et Tourcoing, au moment où les autres colonnes avanceraient vers les mêmes points en partant du Sud. Les colonnes alliées devraient faire leur jonction dans le secteur de Mouvaux et de Tourcoing. Ainsi les 85.000 Anglo-alliés couperaient le Corps d'armée français de Lille des 44.000 hommes du général Souham. Il ne resterait plus qu'à détruire l'armée amputée de Souham.
D'une façon générale, durant la Révolution française, la tactique se transforme petit à petit, bien que, officiellement, le Règlement de 1791 reste en effet. L'absence de 1.200 officiers d'Infanterie et de Cavalerie émigrés et le danger menaçant forcent l'armée française à accélérer la formation des troupes et à éliminer les manœuvres compliquées. Aussi, seules les formations en ligne et l'utilisation des tirailleurs font vraiment partie de la formation des troupes. Puis, voyant le peu d'efficacité en terrain découvert, devant une armée régulière, on reviendra aux doctrines du XVIIIe siècle: "tirailleur en avant de la ligne, puis la ligne elle-même et enfin la réserve."


Résumé de l'action: La situation des 60.000 Français était critique, presque totalement encerclés par les six colonnes des 85.000 alliés. Les généraux français Souham et Moreau, en l'absence du général en chef Pichegru, virent que les Alliés allaient les inquiéter et décidèrent d'agir. Ils se mirent en marche avec leurs troupes sur Tourcoing pour maintenir leurs liens logistiques avec Lille.
Dans la nuit du 17 au 18 mai, le général Souham laissa un rideau de troupes pour contenir les colonnes alliées, et fonça, avec le gros de son armée, sur Tourcoing et ses environs où se trouvait la plus grande partie des troupes coalisées. En chemin, Souham fut rejoint par Malbrancq et par Macdonald. En arrivant dans les rues de Tourcoing, Malbrancq fut reçu par le tir meurtrier des Chasseurs Tyroliens. Les Français les attaquèrent en un combat qui dura deux longues heures. Finalement, les coalisés se replièrent en hâte, poursuivis par les Français. Dans la Rue du Tilleul, les coalisés réussirent à se reformer en ligne, et le sang se mit à couler à flot dans ce passage étroit, véritable champ clos. Les canons autrichiens tiraient dans la masse des soldats français.
Le dimanche 18 mai au matin, la colonne coalisée de Bush, qui tenait la position de Mouscron avec 4.000 Hanovriens, fut attaquée par les troupes françaises de Thierry et de Dandaels, et écrasée après un violent assaut. Bush réussit pourtant à reformer ses troupes plus loin [à Dottignies] et à tenir jusqu'à la fin de la journée.
À Tourcoing même, la lutte se concentra dans la Rue du Tilleul. Les Français détachèrent une batterie sur leur droite, à L'Épidème, en avant d'une vieille chapelle. Elle ouvrit le feu sur les troupes alliées, repliées à l'entrée du Tilleul vers Wattrelos, au moulin Agathon Lézy.
Au Sapin-Vert, la colonne du maréchal Otto se reforma et engagea une lutte acharnée où l'artillerie prit une grosse part. Les Corps français de Dandaels et de Jardon, qui avaient quitté Mouscron, prirent Otto en tenaille à l'aide du Corps d'armée de Malbrancq. Otto se replia sur le carrefour du Sapin-Vert et enfin sur le Moulin-Tonton, position qui dominait les sentiers du secteur. Mais la batterie de l'Épidème suivit le mouvement et prit de flanc le Sapin-Vert, rendant la position intenable. Otto dut quitter le Moulin-Tonton. Il retraita vers Wattrelos en direction de Roubaix, abandonnant dans sa retraite de nombreux soldats et 20 canons avec leurs caissons. Moreau se lança à sa poursuite.
Le général allié Clerfayt, pour sa part, rencontra de la résistance pour passer la Lys à Werwick et perdit 24 heures. Busch attaqua, le 17, les troupes françaises retranchées à Mouscron. Mais leur résistance fut vive malgré leur infériorité numérique; cela donna à plusieurs colonnes de la division Souham le temps d'arriver à la rescousse. Les Hanovriens de Busch furent ainsi contre-attaqués et forcés de se retirer avec pertes jusqu'au village de Lespierre.
La 3e colonne alliée alla occuper Tourcoing. Mais bientôt le général Otto vit arriver des fuyards de la 2e colonne qui l'instruisirent du revers de Busch. Craignant d'être attaqué à son tour, Otto, au lieu de concentrer ses forces, laissa son avant-garde dans Tourcoing, plaça le gros de sa colonne à Wattrelos et posta quelques bataillons en réserve à Léers, déployant ainsi ses troupes sur une longue ligne de 5 km.
Le général anglais York commandait la 4e colonne directement, et les 2e et 3e, indirectement. Cette 4e colonne dispersa ses forces dans 4 villages: Lannoy, Roubaix, Mouvaux et Croix.
La 5e colonne du général Kinsky se porta aussi sur 3 points simultanément: Tressin, Bouvines et Louvil. Face à elle, la division française du général Bonneau était campée à Sanghien pour couvrir la route Tournai-Lille. Le général autrichien Wurm trouva Tressin occupée, l'attaqua mais échoua. À Bouvines et Gruson, les attaques anglo-alliées échouèrent aussi. Le général Erskine avec 16 escadrons anglais de la colonne York, au lieu de suivre York vers Lannoy, avait suivi par erreur la colonne de Kinsky. Ce renfort imprévu sauva de la destruction la colonne Kinsky lorsque ce dernier voulut résister à une offensive française du général Bonneau.
Le Corps de l'archiduc autrichien Charles [6e colonne], qui avait plus de chemin à faire, n'arriva à Pont-à-Marque qu'à 14h00. À son arrivée, Bonneau stoppa son offensive et se retira sur le village de Flers. Souham vint se placer avec sa division derrière Tourcoing. Moreau, avec 8.000 hommes seulement, se chargea de contenir la colonne alliée de Clerfayt qui arrivait sur Linselles. Telles étaient les positions des deux armées, le 17 mai au soir.
Grâce au retard de Clerfayt dans la marche de ses troupes, la route de Lille à Courtray était encore libre dans la journée du 17, et les Français purent organiser avec le général Bonneau [à Lille] l'attaque générale du 18 au matin sur Tourcoing et Roubaix. Cette offensive fut exécutée avec le gros de l'armée française commandée par Souham.
Le 18 à l'aube, donc, le général Souham se mit en marche avec 45.000 hommes. Sa Droite marcha sur Tourcoing et sa Gauche sur Wattrelos. L'avant-garde anglo-alliée [6 bataillons d’Infanterie de Ligne du général Otto], qui occupait Tourcoing, fut assaillie par les forces françaises et céda lorsque le désordre se propagea dans ses rangs; la déroute fut complète. Wattrelos fut emporté par les Français avec la même rapidité.
Le général Bonneau avait laissé quelques bataillons pour contenir les deux colonnes de l'archiduc et du général Kinsky, et s'était avancé avec le gros de son Corps d’armée, dans la nuit du 17 au 18, entre les villages de Wasquehal et Hem. Au point du jour et pendant le mouvement des troupes de Souham sur Tourcoing et Wattrelos, Bonneau avec 16.000 hommes, attaqua le Corps d’armée du duc d'York dans les 4 villages où les Anglais s'étaient solidement retranchés.
L'attaque de Bonneau jeta la surprise chez les Anglais qui se croyaient couverts du côté de Lille par les 5e et 6e colonnes, et, de ce fait, pensaient ne pouvoir être attaqués que par la direction de Tourcoing. Une partie de cette 4e colonne se défendit avec détermination dans les villages de Mouvaux et de Roubaix. Mais les colonnes françaises de Souham attaquant par Tourcoing et Wattrelos, la confusion s'empara des troupes anglaises. Les unités anglaises, prises de frénésie, jetèrent leurs armes et prirent la fuite, cherchant à gagner la route de Tournai via le village de Méchin.
Paradoxalement, cette panique sauva les troupes anglaises de la destruction, car, si la résistance s'était prolongée, elles se seraient trouvées enveloppées par les colonnes françaises de Souham et de Bonneau, et, sans chemin de retraite, auraient été forcées de se rendre à discrétion.
La déroute du Corps anglais fut si complète que le duc d'York se sauva avec quelques officiers seulement vers Wattrelos déjà occupée par les Français. Le prince anglais allait être pris lorsque il fut sauvé par une compagnie hessoise qui tiraillait pour couvrir le Corps anglais en pleine fuite. York réussit donc à se sauver. Le général Otto, par contre, rétrograda en ordre.
Il est difficile de savoir pourquoi les 5e et 6e colonnes alliées restèrent inactives à Sainghin devant les quelques troupes françaises que le général Bonneau avait laissées en rideau pour les contenir. Voyant la déroute des unités anglaises, l'archiduc d'Autriche rétrograda vers Marquain où il recueillit les débris des autres divisions.
Quant au général autrichien Clerfayt, il n'arriva donc jamais sur le champ de bataille. Le général Moreau marcha sur Linselles et l'attaqua pour le fixer. Mais les Autrichiens, en nombre très supérieur, forcèrent les Français à la défensive. Pensant être arrivé trop tard, Clerfayt rétrograda donc bientôt pour reprendre sa position initiale à Thielt.

Pertes ♦Anglo-alliés: 6.000 hommes, dont 4.500 blessés ou tués, 1.500 prisonniers et 60 pièces d'artillerie. ♦Français: 2.600 tués ou blessés.

Conséquence de cette défaite anglo-alliée: Le fait pour l'armée française d'avoir battu une armée alliée de près de 85.000 combattants eut un effet très positif sur le moral des soldats de la République. Du côté allié, le «plan de destruction» de l'armée française était entièrement remis en question.
"Ce qui est pire que tout, écrivit curieusement l'Anglais Craig dont le savoir, manifestement, trahissait de vastes lacunes dans le domaine historique, c'est que nous avons perdu le droit de dire que les Britanniques n'ont jamais été battus par leur ennemi actuel.»[Sic!]

_________________
La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. PaulV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: Re: tourcoing, 18 mai 1794    Lun 25 Fév - 1:54

Battle of Tourcoing
From Wikipedia, the free encyclopedia

Date 18 May 1794
Location Tourcoing, Nord, France

Result French victory

Belligerents
France Great Britain & Austria

Commanders and leaders
Joseph Souham & Jean Moreau
Habsburg Monarchy Prince of Saxe-Coburg & Kingdom of Great Britain Duke of York
Strength
60.000 à 70,000 vs 74,000 à 85.000

Casualties and losses
3,000 killed and wounded & 6 ou 7 guns captured chez les français
4,000 killed and wounded 1,500 prisonniers and 60 guns captured chez les anglais

Flanders Campaign

The Battle of Tourcoing was fought near the town of Tourcoing, just north of Lille in northeastern France on 18 May 1794 and resulted in the victory of the French under Major-Generals Joseph Souham and Jean Moreau over the British under the Duke of York and the Austrians under General the Prince of Saxe-Coburg. It is sometimes referred to the Battle of Turcoine, as a gesture towards the British pronunciation of the town.

Contents

1 Battle in a nutshell
2 Forces
3 Background
4 Battle
5 Results
6 References
7 Footnotes

Battle in a nutshell

Under the temporary leadership of Souham, Maj-Gen Charles Pichegru's Army of the North (Armée du Nord) encountered an Austro-British-German force at Tourcoing. Despite a slight advantage in numbers, the 74,000 Allied troops under Saxe-Coburg were out-led and out-fought by Souham's 70,000 French troops. (However, one authority gives the French total as 82,000.)[1]

Souham devised a strategic pincer movement consisting of his division attacking southwards from Kortrijk (Courtrai) and Maj-Gen Bonnaud's division northeastwards from Lille, thus catching the separated allied columns of Von dem Bussche, Rudolf Ritter von Otto and the Duke of York between them. Meanwhile part of Moreau's command held off the assault of the Count of Clerfayt from the north. It was a sprawling engagement fought out over many square miles of countryside just west of the Scheldt River in Flanders. Together with Maj-Gen Jean-Baptiste Jourdan's victory at the Battle of Fleurus on 16 June, Tourcoing marked the start of the evacuation of the allied forces from Flanders and French supremacy in Western Europe.

Forces

The Army of the North included the divisions of Souham (28,000), Moreau (22,000), Bonnaud (20,000) and Osten (10,000). Saxe-Coburg's army consisted of three Austrian columns commanded by Archduke Charles (18½ battalions, 6 squadrons), the Count of Clerfayt and Franz Josef von Kinsky. Von dem Bussche commanded the Hanoverians (5 bns, 8 sqdns). The Duke of York led the English (8 bns, 6 sqdns), Hessen-Darmstadt (3 bns, 4 sqdns) and Hessen-Kassel (4 bns, 8 sqdns) contingents.[1]

Background

The Army of the North had thrust eastward so that the divisions of Souham and Moreau, which formed the left (north) flank, stood on the south bank of the Lys River between Courtrai and Aalbeke. Bonnaud held the center with units at Lannoy, Tressin and Sainghin. In addition, Compère's brigade held Tourcoing and Thierry's brigade held Mouscron. Osten's division defended Pont-à-Marcq on the right (south) flank. These dispositions straddle the current French-Belgian border.

Saxe-Coburg's chief-of-staff, General Karl Mack von Leiberich proposed enveloping and annihilating the 50,000-strong mass formed by Souham and Moreau. Clerfayt's detached corps was to march along the north bank of the Lys from Tielt through Menin. At Werwick, Clerfayt would force a crossing to the south bank, placing him well behind the French left flank. The Duke of York's three columns would advance to the northwest from Tournai toward Tourcoing. This force would pin the divisions of Souham and Moreau against the Lys. To the south, Archduke Charles and Kinsky would brush Osten and Bonnaud aside and wheel northwest, linking with Clerfayt and trapping the French left flank. The movement began on 16 May.

Battle

On 17 May, Clerfayt found his crossing resisted by Brig-Gen Dominique Vandamme, who had a brigade of Moreau's division. The Duke of York's right column under Bussche captured Mouscron, but it was driven out again and mauled by a French brigade. The center column led by Otto seized Tourcoing. With the British Guards brigade leading the attack, the Duke of York's left column under Ralph Abercromby, stormed into Lannoy, Willems and Mouvaux. Kinsky's column crossed the Marque River at Bouvines but made little progress beyond there. Archduke Charles' column got a late start and barely made it to Pont-à-Marcq. Only the columns of Abercromby and Otto had reached their assigned positions by evening.

On 18 May, Souham determined to hurl 40,000 men at the Duke of York's three columns, while holding Kinsky, Charles and Clerfayt off with secondary forces. During the night, Clerfayt managed to cross to the south bank of the Lys. His 21,000 men drove back Vandamme's 12,000, but he was unable to advance south beyond Linselles. Shaken by his defeat the day before, Bussche retreated to the Scheldt. In the south, Charles and Kinsky remained almost completely inert, despite Mack's frantic orders for them to march to Lannoy. Instead, Charles became obsessed with protecting his left flank and rear from French incursions.
The Duke of York narrowly escapes across a brook

At dawn, Brig-Gen Étienne MacDonald's brigade of Souham's division rushed and recaptured Tourcoing from Otto. Malbrancq's brigade attacked Mouvaux from the north while Bonnaud applied pressure from the west. At first, Otto held firm on a line south of Tourcoing, but he was slowly driven back. At 11:30 am, the command of Abercromby, now isolated and under very heavy attack, nevertheless extricated itself and retreated from Mouvaux toward the southeast. The Duke of York, separated from his command, narrowly avoided captured and was obliged to wade a deep brook to escape. This ended the battle. Souham immediately faced his tired troops about and prepared to attack Clerfayt. That general, realizing he was now alone, recrossed to the north bank of the Lys and retreated to the northeast.

Results

The French suffered 3,000 casualties and lost 7 cannon. There was no pursuit of the defeated Allied main body. The Allies lost 4,000 killed and wounded, with 1,500 men and 60 guns captured. The 1st Hanoverian Infantry Regiment was nearly destroyed. The reasons for the Allied defeat were simple. There was poor staff work, very little cooperation and a failure to bring all their troops into action. Of his 74,000 Allied soldiers, Saxe-Coburg only committed 48,000 to battle.[2]

References

Black, Jeremy. Britain as a Military Power, 1688–1815. Routledge (UK). ISBN 1-85728-772-X
Smith, Digby. The Napoleonic Wars Data Book. London: Greenhill, 1998. ISBN 1-85367-276-9
Belloc, Hilaire. Tourcoing Project Gutenberg eBook [1]
This article incorporates text from a publication now in the public domain: Chisholm, Hugh, ed. (1911). Encyclopædia Britannica (11th ed.). Cambridge University Press.
Napoleon-series.org

Footnotes

^ a b Smith, p 79
^ Smith, p 80


_________________
La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. PaulV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: tourcoing, 18 mai 1794    

Revenir en haut Aller en bas
 
tourcoing, 18 mai 1794
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma présentation
» Couverture GSM et 3G+ Lille et sa région

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Première coalition-
Sauter vers: