Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 18 mars 1793 Neerwinden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: 18 mars 1793 Neerwinden   Jeu 25 Oct - 4:06

La bataille de Neerwinden eut lieu le 18 mars 1793 près du village de Neerwinden (en Belgique actuelle), entre l’armée autrichienne sous les ordres du prince de Cobourg et l’armée française commandée par le général Dumouriez.

Elle ne doit pas être confondue avec celle ayant eu lieu un siècle plus tôt, en 1693.

Charles François Dumouriez, 45 000 hommes, surtout des recrues. 4 000 morts ou blessés, 10.000 fuyards
Frederick Josias de Saxe-Cobourg-Saalfeld, Archiduc Charles (avant garde), Clerfayt 39 000 hommes, 2 à 3 000 morts ou blessés. Pas d'ordre de bataille connu, mais il est fort à parier que c'est l'ODB de "Austrian, siege of Valenciennes" de May l793 ! je vais le rajouter à tout hasard en deçà...

French Army of Belgium
1 March 1793
Commanding General: Dumouriez
Advanced Guard: Generaux Lanque, Stengel, Dampierre
19th Infantry Regiment (2 bns)(900)
29th Infantry Regiment (2 bns)(946)
54th Infantry Regiment (1 bn)(464)
72nd Infantry Regiment (2 bns)(910)
9th Light Infantry Battalion (518)
10th Light Infantry Battalion (293)
14th Light Infantry Battalion (330)
1er Bataillon de grenadiers (200)
2e Bataillon de grenadiers (306)
3e Bataillon de grenadiers (348)
4e Bataillon de grenadiers (290)
5e Bataillon de grenadiers (209)
6e Bataillon de grenadiers (500)
Compagnie franche de Magnee (41)
Compagnie franche de Cambrelots (67)
1er Bataillon franc (300)
3e Bataillon franc (200)
1er Bataillon d'Indre-et-Loire (347)
1er Bataillon de la Meurthe (115)
5e Bataillon de la Meurthe (368)
1er Bataillon de la Marne (260)
2e Bataillon de la Marne (266)
2e Bataillon de la Meuse (117)
Bataillon de la Nievre (503)
Bataillon de la Butte-des-Moulins (297)
9e Bataillon de reserve (654)
3e Bataillon de Paris (400)
9e Bataillon de Paris (475)
4e Bataillon des federes (312)
Les Liegeois (225)
1st Hussar Regiment (3 sqns)(271)
3rd Chasseur a Cheval Regiment (3 sqns)(355)
6th Chasseur a Cheval Regiment (352)
12th Chasseur a Cheval Regiment (2 sqns)(367)
5th Dragoon Regiment (281)
7th Dragoon Regiment (1 sqn)(157)
18th Cavalry Regiment (2 sqns)(254)
3rd Horse Artillery Company (Hanique)(74)
1/6th Horse Artillery (80)
Compagnie d'artillerie de Cuny (69)
Flanqueurs of the Left: Miaczynski
99th Infantry Regiment (645)
Legion des Ardennes a Pied (954)
Legion des Ardennes a Cheval (296)
Light Foot Artillery (92)
Light Horse Artillery (59)
Compagnie Clemendat (89)
Compagnie d'Abbeville (4)
3e Bataillon des Ardennes (352)
1er Bataillon de la Charente (464)
2nd Hussar Regiment (223)
Flanqueurs of the Right: Fregeville, the senior
1er Bataillon de l'Aisne (377)
Artillery (6)
13th Dragoon Regiment (2 sqns)(351)
11th Chasseur a Cheval Regiment (331)
1er Bataillon de Seine-et-Marne (493)
Principal Army Corps:
5th Infantry Regiment (1 bn)(350)
34th Infantry Regiment (1 bn)(448)
49th Infantry Regiment (1 bn)(359)
1/74th Infantry Regiment (426)
83rd Infantry Regiment (2 bns)(973)
1/94th Infantry Regiment (390)
98th Infantry Regiment (1 bn)(473)
104th Infantry Regiment (2)(723)
Chasseurs des Quatre-Nations (92)
1er Bataillon de l'Allier (435)
Bavarian Legion (368)
Crops brestois (60)
1er Bataillon de la Cote d'Or (4l8)
2e Bataillon de la Correze (446)
1er Bataillon d'Eure et Loir (297)
11e Bataillon des federes (346)
1er Bataillon de Mayenne-et-Loire (326)
4e Bataillon de la Meuse (408)
5e Bataillon de l'Oise (327)
2e Bataillon de Paris (465)
7e Bataillon de Paris (480)
1er Bataillon de grenadiers de Paris (2l3)
1er Bataillon du Pas-de-Calais (l06)
Bataillon republicain (399)
1er Bataillon de Seine-et-Ose (489)
1er Bataillon de la Somme (383)
2e Bataillon de la Vienne (390)
1er Bataillon de la Vendee (420)
3e Bataillon de l'Yonne (420)
6e Bataillon de volontaires nation (560)
7th Dragoon Regiment (1 sqn)(88)
12nd Chasseur a Cheval Regiment (1 sqn)(91)
13th Chasseur a Cheval Regiment (75)
Gendarmerie National (62)
Det/1st Artillery Regiment (93)
Det/6th Artillery Regiment (66)
Det/8th Artillery Regiment (l7)
Miners (17)
Artillery Park: (354 men)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: Re: 18 mars 1793 Neerwinden   Jeu 25 Oct - 4:50

cette liste doit refléter, à peu près l' ODB de Saxe-Coburg.
en ce qui concerne l'avant garde de Charles, je ne suis pas sûr du tout qu'il commandait les mêmes troupes que celles du 26 juin (4th Column: FML Archduke Charles
Brigade: 7 1/3 Austrian bns, 16 sqns, 18 guns), mais bon, les autrichiens étaient surprenant des fois...

Austrian (siege of Valenciennes, May l793)

Division: Feldmarschal-Lieutenant Graf Erbach
Brigade: Generalmajor Kray
Beaulieu Infantry Regiment (l)
Spleny Infantry Regiment (l)
J. Colloredo Infantry Regiment (l)
Brigade: Generalmajor Werneck
Brechaniville Infantry Regiment (2)
Jordis Infantry Regiment (l)
Brentano Infantry Regiment (2)

Division: Feldmarschal-Lieutenant Graf d'Alton
Brigade: Generalmajor Wenckheim
M. Wallis Infantry Regiment (2)
Wartensleben Infantry Regiment (2)
Granz Scharfschutzen (l)
Brigade: Generalmajor Happoncourt
Blankenstein Hussar Regiment (4)
Zeschwitz Cuirassiers Regiment (6)

Observation Corps: Graf Clayrfait
Division: Feldmarschal-Lieutenant Baron Alvintzy
Brigade: Generalmajor Furst Auersberg
Bryvy Grenadier Battalion (l)
Rousseau Grenadier Battalion (l)
Morzin Grenadier Battalion (l)
Leeuven Grenadier Battalion (l)
Rouviere Grenadier Battalion (l)
Bidescutty Grenadier Battalion (l)
Brigade: Generalmajor Czerneczy
Sztarray Infantry Regiment (2)
A. Esterhazy Infantry Regiment (2)

Division: Feldmarschal-Lieutenant Baron Edep
Brigade: Generalmajor Lutzow
Hohenlohe Infantry Regiment (2)
Stuart Infantry Regiment (2)
Brigade: Generalmajor Schneider
Callenberg Infantry Regiment (2)
Keil Infantry Regiment (2)

Corps: Graf Colloredo
Division: Feldmarschal-Lieutenant Baron Benjovsky
Brigade: Generalmajor Otto
Granz Scharfschutzen Corps (4 cos)
Odonnel Frei-Corps (4 cos)
Tyrolian Scharfschutzen Corps (4 cos)
Esterhazy Hussar Regiment ( 8
Barco Hussar Regiment (6)

Division: Feldmarschal-Lieutenant Bron Lilien
Brigade: Generalmajor Prinz Coburg
Nassau Cuirassier Regiment (6)
Karaczay Chevauxleger Regiment (6)
Brigade: Generalmajor Boross
Kaiser Carabinier Chevauxleger Regiment (2)
Latour Chevauxleger Regiment (6)

Division: Feldmarschal-Lieutenant Prinz Wurttemberg
Brigade: Generalmajor Hutken
d'Alton Infantry Regiment (l)
J. Colloredo Infantry Regiment (l)
Combined Force (2 bns)
Murray Infantry Regiment
Ligne Infantry Regiment
Vierset Infantry Regiment
Wurttemberg Infantry Regiment
Tyrolian Scharfschutzen Corps (4 cos)
Brigade: Generalmajor Prinz Lambesc
Saxe Hussar Regiment (2)(French emigres)
Berchany Hussar Regiment (2)(French emigres)
Royal Allemand Cavalry Regiment (2)(French emigres)
Kavanaugh Cuirassier Regiment (2)

Division: Generalmajor
Hoch und Deutschmeister Infantry Regiment (l)
Erzherzog Carl Infantry Regiment (l)
Servier Light Infantry (4 cos)
Odonnell Light Infantry (4 cos)
Mahoney Jagers (6 cos)
Barco Hussar Regiment (4)
Uhlan Regiment (3)

Brigade: Generalmajor Davidovich
W. Colloredo Infantry Regiment (l)
Kaunitz Infantry Regiment (l)
Mahoney Jagers (3 cos)
Servier Light Infantry (2 cos)
Wurmser Hussar Regiment (2)
Bettignies Garrison: Generalmajor Hoditz
Grossherzog Toscana Infantry Regiment (2)
Stain Infantry Regiment (2)
Mahony Jagers (3 cos)
Servier Light Infantry (2 cos)
Coburg Dragoon Regiment ( 8
Blankenstein Hussar Regiment (2)

Generalmajor Hoditz
Mathesen Light Infantry (8 cos)
Uhlan Regiment (l sqn)

Hollandern
Grun Laudon (l bn)
Tyrolian Scharfschutzen (2 cos)
Kavanaugh Cuirassier Regiment (4 sqns)
Blankenstein Hussar Regiment (2 sqns)
Albert Chevauxleger Regiment (2)

von Schaffer, Der Feldzug der Preussen gegen die Franzosen in den Niederlanden im
Jahr l793, Berlin, l798
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PaquitoSan
Ministre


Nombre de messages : 781
Date d'inscription : 28/11/2005

MessageSujet: Re: 18 mars 1793 Neerwinden   Jeu 25 Sep - 6:19

wiki

La bataille de Neerwinden eut lieu le 18 mars 1793 près du village de Neerwinden (en Belgique actuelle), entre l’armée impériale sous les ordres du prince de Cobourg et l’armée française commandée par le général Dumouriez.

Elle ne doit pas être confondue avec celle ayant eu lieu un siècle plus tôt, en 1693.

Conséquences
La bataille marque la fin de la tentative de Dumouriez de déborder les Pays-Bas et le commencement de l’invasion de la France par les alliés. Les Impériaux, sous les ordres de Cobourg, qui marchaient depuis Maastricht vers Bruxelles, ont rencontré le 15 mars 1793 l’avant-garde de l’armée française qui se réunissait à la hâte à Tirlemont, et ont pris position entre Neerwinden et Neerlanden.

Le 18 mars, après une petite escarmouche, Cobourg se replie afin de réarranger son armée entre Racour et Dormael, et de ce fait, réussit à parer la tentative d’encerclement menée par les Français. Dumouriez est donc contraint de combattre sur plusieurs fronts en même temps. L’enthousiasme et l’entrain des Français compensent leur manque de formation ainsi que leur indiscipline, mais ils ne peuvent malgré cela rien faire contre des troupes autrichiennes aguerries et connaissant mieux les techniques de combat à découvert. La chance de voir se concrétiser un deuxième Jemappes disparait, le ratio de 11 attaquants pour 10 défenseurs au lieu de 2 contre 1 à Jemappes menant inexorablement vers la défaite. Cet échec de l’armée révolutionnaire française donna le signal de sa dissolution presque complète.

Cette bataille aura été un désastre militaire, mais pas une grande bataille en tant que telle : elle montre simplement l’impossibilité au xviiie siècle, pour des troupes mal préparées, de combattre efficacement des militaires professionnels. Les grands succès des sans-culottes n’arriveront que plus tard.


--------------------------------------
La bataille de Neerwinden
D’après « Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français » - Charles-Théodore Beauvais
Le combat de Tirlemont et de Goidenhosven, où les Autrichiens avaient perdu plus de huit cents hommes, avait rendu toute la confiance à
l’armée française, et Dumouriez se décida à en profiter pour livrer une bataille qui lui paraissait inévitable, et dont il se promettait les plus
grands avantages, s’il pouvait la gagner.
En effet, les Autrichiens pouvaient recevoir tous les jours de nombreux renforts, et les Français n’en avaient point à espérer ; leur armée n’était
ni assez disciplinée, ni assez exercée pour faire une retraite lente et manoeuvrière devant des forces supérieures, et ils devaient tout craindre si
on les eût forcés à recevoir alors une bataille, dont la perte était probable dans le système défensif. Prenant l’initiative, et cherchant à mettre les
chances favorables de son côté, Dumouriez pouvait, en cas de succès, concevoir l’espérance d’achever la levée des bataillons belges, et de
repousser le prince de Cobourg au-delà de la Meuse, ou peut-être jusqu’au-delà du Rhin.
Le général en chef se décide donc à attaquer l’ennemi. En conséquence, il porte en avant son armée, et étend son front, la droite à
Goidenhosven, aux ordres du général Valence, et le centre aux ordres du duc de Chartres, vers la chaussée de Tirlemont. Le général Miranda
commandait la gauche, qui, disposée en potence, s’étendait d’Osmael aux hauteurs d’Oplinter. Le général Neuilly appuyait sa droite à Neer-
Heylissem. Le général Oampierre était posté à Esemael, en avant du centre, et le général Miaczinski, avec sa cavalerie, au pont de la petite
Geete, vis-à-vis d’Osmael.
Le front des deux armées offrait un développement de deux lieues. Celle des Français, de Goidenhosven aux hauteurs de Wommersen et
d’Oplinter ; et celle des Autrichiens, depuis les hauteurs de Racour jusqu’au-delà de Helle, dans la plaine de Leau. L’avant-garde était aux
ordres de l’archiduc Charles. Le général Collorédo commandait la première ligne. La seconde, au centre de laquelle se trouvaient les dragons de
Cobourg, était commandée par le général duc de Wurtemberg.
Une division de cavalerie et quelque infanterie, aux ordres du général-major Stipshitz, couvraient le flanc droit de l’armée, et observaient la
plaine de Leau. Le corps de réserve était aux ordres du général Clairfait. La petite Geete couvrait le front de cette ligne, et séparait les deux
armées.
L’armée française fut formée sur huit colonnes. La première, formant l’extrême droite, composée de l’avant-garde aux ordres du général
Lamarche, débouchant par le pont de Neer-Heylissem, devait se porter dans la plaine entre Landen et Overwinden, pour déborder la gauche de
l’ennemi, et l’inquiéter sur ce flanc. La deuxième colonne, composée de l’infanterie de l’armée des Ardennes, commandée par le lieutenantgénéral
Leveneur, débouchant aussi par le même pont, soutenue par un gros corps de cavalerie, devait se porter avec rapidité sur la tombe de
Midelwinden, et attaquer le village d’Ovenwinden. La troisième colonne, aux ordres du général Neuilly, débouchant aussi par le même pont,
devait attaquer en même temps le village de Neerwinden, par sa droite. Ces trois colonnes formaient l’attaque de droite, commandée par le
général Valence.
L’attaque du centre, conduite par le duc de Chartres, était composée de deux colonnes. L’une, sous les ordres du général Dietmann, passant un
ruisseau sur le pont de Laer, devait traverser rapidement le village, et seporter directement sur le front de celui de Neerwinden ; l’autre,
commandée par le général Dampierre, devait, après avoir passé le pont d’Esemael, se porter sur la gauche de Neerwinden.
L’attaque de gauche, aux ordres du général Miranda, était composée de trois colonnes. La première, dirigée par le général Miacsinski, passant la
petite Geete à Overhespen, devait attaquer devant elle, en se portant sur Neerlanden ; la seconde, aux ordres du général Ruault, passant la rivière
au pont d’Orsmael, devait attaquer par le grand chemin de Saint-Tron à Liège ; la troisième, commandée par le général Champmorin, devait
passer la grande Geete au pont de Bingen, pour aller s’emparer du poste fortifié de Leau, qu’elle devait tenir jusqu’à la fin de la bataille.
Au point du jour, les colonnes se mirent en mouvement, et à neuf heures, la droite commença à passer la petite Geete. A la gauche, le général
Miranda délogea d’abord les troupes légères ennemies du village d’Orsmael. Les Autrichiens opposent une résistance opiniâtre, et il s’établit de
part et d’autre un grand feu d’artillerie, pendant lequel la troisième colonne s’empara de la ville de Leau, et s’y maintint. Cependant le général
Valence, ayant passé en même temps le pont de Neer-Heylissem, attaquait le village de Racour, d’où il chassa l’ennemi. Cet avantage assura le
passage de l’avant-garde. Avec ce renfort, le général Valence presse les Autrichiens, et, étendant tout-à-coup ses bataillons, déborde leur aile
gauche.
A ce moment, la résistance devient égale à l’impétuosité de l’attaque. Les Autrichiens, placés dans une position qui les met à même de dominer
le front de bataille des Français, les reçoivent avec une artillerie formidable qui répand la mort dans leurs rangs. Deux fois l’infanterie retourne
à la charge, et deux fois elle est repoussée avec une perte immense. Valence se met à la tête de sa cavalerie, et la fait charger si vigoureusement,
qu’il pénètre à travers les rangs ennemis, malgré les efforts des Autrichiens pour l’arrêter, et ouvre un passage à son infanterie, qui, pour la
troisième fois, recommence l’attaque.
La mêlée devient alors terrible ; mais enfin, après un combat longtemps incertain, les Autrichiens, poussés, opèrent leur retraite, et vont se
rallier à quelque distance. Ce succès permettait aux généraux Neuilly et Leveneur de traverser la petite Geete, et de s’emparer du poste
d’Overwinden. Ils réussissent en effet dans ce mouvement, et se portent aussitôt sur la tombe de Midelwinden.
Ce monticule assez élevé, qui commande trois villages voisins, était couvert d’artillerie, et l’attaque était très hasardeuse. Mais la possession de
Midelwinden étant nécessaire à l’exécution des plans de Dumouriez, Neuilly et Léveneur se mettent à la tête des colonnes pour l’emporter. Leur
mouvement est si brusque, que, malgré l’avantage de leur excellente position, les Autrichiens sont obligés d’abandonner ce point important, qui
pouvait décider de la victoire. Cobourg envoie de nombreuses colonnes pour le reprendre. L’infanterie du général Leveneur, qui était restée
seule pour garder ce poste, cède aux efforts des assaillants. Mais bientôt, renforcé par quelques troupes, il fait une nouvelle attaque et la tombe
de Midelwinden fut ainsi disputée pendant toute la journée.
Tandis que le genéral Leveneur se battait ainsi opiniâtrement, le général Neuilly était lui-même vivement aux prises avec une forte colonne
ennemie. Après la première occupation de Midelwinden, ce général s’était porté sur le village de Neerwinden, et s’en était rendu maître après
un combat sanglant, où les deux partis firent l’un et l’autre preuve de valeur. Un bataillon des volontaires de la Charente s’y distingua
particulièrement.
Le général Neuilly, au lieu de se maintenir dans Neerwinden, comme il en avait l’ordre, commit la faute de le dépasser. Emporté par l’ardeur de
ses troupes, il s’était étendu dans la plaine. A ce moment, le général Clairfait, qui venait de recevoir des renforts considérables, fit marcher la
gauche des deux lignes de l’infanterie autrichienne contre le village de Neerwinden qu’il reprit. Le duc de Chartres, que sa position mettait à
même d’apercevoir ces progrès de l’ennemi, vole aussitôt à la tête des quatrième et cinquième colonnes, fond avec rapidité sur les Autrichiens,
et les chasse une seconde fois de Neerwinden. Le général Desforêts, fut blessé, dans cette action, d’un coup de feu à la tête.
La confusion succéda au succès de cette attaque ; le village se trouva encombré d’infanterie, qui se mêla, se mit en désordre, et l’abandonna
encore à l’approche de l’ennemi.
Dumouriez, qui arriva sur ces entrefaites, fit attaquer le village, pour la troisième fois, par toute sa droite. Le régiment de Deux-Ponts y pénétra,
malgré la vive résistance de l’ennemi. Sa valeur lui coûta cher ; il perdit, dans cette attaque, plus de trois cents hommes. Mais déjà l’ennemi
avait eu le temps de faire marcher sur ce point décisif toutes les troupes de son centre et une partie de celles de la droite. Après avoir défendu
Neerwinden avec le plus vif acharnement, les Français, foudroyés par l’artillerie autrichienne, évacuèrent encore une fois ce village, qui resta
encombré de morts et de blessés des deux partis.
Dumouriez essaya de reformer sa ligne en arrière de Neerwinden. Dans ce moment critique, la cavalerie impériale déboucha tout-à-coup dans la
plaine, et forma deux attaques : la première entre Midelwinden et le village évacué ; la seconde, à gauche de ce village, était dirigée sur les deux
lignes d’infanterie.
Valence, saisissant l’importance de ce mouvement, chargea impétueusement sur la première attaque, à la tête de la cavalerie française. Le choc
fut rude ; Valence y reçut plusieurs coups de sabre, et fut obligé de se faire transporter à Tirlemont. Mais la cavalerie impériale fut repoussée.
La seconde attaque de cavalerie déboucha au même instant que la première, et avec la même impétuosité, par la gauche de Neerwinden, pour se
jeter sur l’infanterie de la quatrième colonne. Le général Thouvenot, qui s’y était porté, fit ouvrir les rangs pour la laisser passer ; ensuite, il fit
faire si a propos une décharge de mousqueterie par le régiment de Deux-Ponts, et un feu à mitraille, que cette cavalerie en fut abîmée.
A la droite et au centre, le combat se trouvait rétabli, et la victoire était encore balancée. Mais à la gauche, les affaires allaient bien
différemment. Après s’être emparé du village d’Orsmael, Miranda se l’était vu enlever par les grenadiers du prince Charles, tandis que le
général autrichien Benjousky s’avançait par la chaussée de Tirlemont pour le tourner. La terreur se mit dans les bataillons de volontaires, qui, se
voyant près d’être enveloppés, prirent la fuite, et abandonnèrent les troupes de ligne. Les Autrichiens augmentèrent encore ce désordre par une
charge de cavalerie, qui acheva de mettre les deux colonnes de gauche en déroute. Guiscard, maréchal-de-camp d’artillerie, fut tué, ainsi que
plusieurs aides-de-camp et officiers d’état-major. Les généraux Hiler et Ruault furent légèrement blessés.
Cependant Miranda, que les Autrichiens ne jugèrent pas à propos de poursuivre, et auquel le général Miacsinski amenait un secours de huit
bataillons qui n’avaient point encore combattu, aurait pu facilement rallier ses troupes derrière le pont d’Orsmael, et les ramener à la charge.
Mais, au lieu de prendre cette mesure, qui peut-être eût été décisive, il se laissa entraîner par ses soldats, donna l’ordre de la retraite, et l’exécuta
précipitamment jusque derrière Tirlemont, à plus de deux lieues du champ de bataille, sans faire prévenir le général en chef de ce mouvement.
Celui-ci conservait encore quelque espoir, et n’entendant plus le feu de sa gauche, il pouvait raisonnablement attribuer ce silence à un succès,
surtout ne voyant point paraître l’ennemi sur le flanc de son centre, où devaient se porter les coups décisifs.
Mais sur la fin de la journée, la droite des Autrichiens, n’ayant plus d’inquiétude sur le mouvement rétrograde de Miranda, s’était reportée sur le
centre et la droite de Dumouriez. Ces troupes victorieuses abordent avec ardeur, sur le chemin de Saint-Tron, les Français qui se défendaient
avec vigueur contre les attaques du centre et la gauche de l’armée ennemie. Déja fatigués d’un combat opiniâtre, soutenu depuis onze heures,
les Français s’épouvantent à la vue de cette droite, dont l’apparition leur annonce les désastres de la gauche.
Au même moment, le désordre et la confusion deviennent extrêmes. En vain les généraux font les plus grands efforts pour les rallier, et
s’opposer à une prochaine déroute. Les troupes méconnaissent leur voix ; la fuite est désormais le seul moyen de salut qu’elles voient devant
elles. Elles repassent précipitamment la petite Geete, il n’est plus possible de les retenir.
Cette armée qui avait si glorieusement chassé de France les coalisés, qui, en si peu de temps, avait conquis la Belgique, perd ainsi en un instant
le fruit de ses premiers succès. La bataille de Neeminden fut aussi funeste à la république que celle de Jemappes lui avait été favorable.
Quatre mille morts ou blessés laissés sur le champ de bataille, deux mille cinq cents prisonniers, un matériel immense abandonné à l’ennemi,
une armée toute entière désorganisée, l’évacuation presque totale de la Belgique, tels furent les résultats d’une journée qui fit perdre à
Dumouriez toute sa gloire, et à laquelle, disait-on alors, ce général, mécontent de la Convention, avait contribué puissamment par ses mauvaises
dispositions et par la trahison.
Quoique vainqueurs, les Autrichiens avaient aussi considérablement souffert. Ils avouèrent dans leurs rapports une perte de trois mille morts.
Cette bataille, qui allait une seconde fois ouvrir les portes de la France aux puissances alliées, et qui était comme le signal des désastres qui l’ont
suivie, a été diversement racontée par les auteurs. Nous avons suivi le récit qu’en donnent Dumouriez dans ses mémoires, le général Jomini, que
nous avons copié en plusieurs endroits, et des mémoires manuscrits.
Cependant, il est vrai de dire que d’autres écrivains, d’une autorité moins sûre et moins positive, la rapportent tout différemment. Suivant eux,
c’est Dumouriez lui seul qui, par ses mauvaises dispositions, a perdu cette bataille. Miranda, au lieu de fuir lâchement, n’aurait été vaincu que
parce que Dumouriez lui avait ordonné une attaque impossible à exécuter.
L’auteur du Tableau historique cite, à l’appui de cette assertion, ce passage d’un rapport sur la bataille de Neerwinden, fait à la Convention par
le général Miranda, le 29 mars 1793 :
« A neuf heures, les colonnes se mirent en mouvement, et à dix l’attaque commença à la gauche. Quatre colonnes passèrent sur le pont
d’Orsmael et par la chaussée, une autre par le pont de Leau.
La position de l’ennemi était si avantageuse par le terrain, par le nombre et par la formidable artillerie qui le couvrait, que l’infanterie, avant
d’avoir pu approcher ses lignes, avait été obligée de repousser la cavalerie et les troupes légères qui occupaient les villages, et d’essuyer le feu
des batteries croisées, avant de pouvoir gravir les hauteurs sur lesquelles était postée l’infanterie ennemie, sur deux lignes.
Les Français prirent d’abord les villages, et repoussèrent la cavalerie. Mais le terrain coupé empêchant nos colonnes de se déployer, le feu des
artilleurs ennemis produisit sur elles un tel effet, que l’infanterie, après les plus nobles efforts, et après avoir essuyé une perte considérable, ne
put pas déposter celle de l’ennemi, qui était sur les hauteurs, couverte de toute son artillerie, tandis que celle des Français, démontée et perdant
ses chevaux dans les chemins où elle se trouvait engorgée ou embourbée, ne put être mise avantageusement en batterie.
L’infanterie française fut donc obligée de se replier, après plusieurs heures de combat, derrière la petite Geete, en cherchant à reprendre la
position qu’elle avait avant l’attaque. Dans cette retraite, il y eut quelque desordre. Mais il ne peut être attribue ni aux généraux, ni aux troupes,
si ce n est par Dumouriez, dont l’impéritie égala la malveillance envers le général Miranda ».
De son côté, le général en chef autrichien Cobourg prétend, dans ses rapports, que Dumouriez ne reprit point le village de Neerwinden, et que
l’armée autrichienne, en ayant une fois chassé les Français, elle s’y était maintenue.
Tous ces rapports diffèrent donc essentiellement entre eux. Mais quelles que fussent les causes de ce désastre, la bataille de Neerwinden n’en
était pas moins perdue, et ce revers allait placer la France dans une position bien difficile, dont elle ne pouvait être tirée que par des moyens
extraordinaires et surnaturels, comme ceux que ces fastes militaires retraceront en partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesaigleslareforme.forum2jeux.com
nounours59
Caporal


Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 06/09/2014

MessageSujet: Re: 18 mars 1793 Neerwinden   Sam 27 Sep - 15:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nounours59
Caporal


Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 06/09/2014

MessageSujet: Re: 18 mars 1793 Neerwinden   Dim 28 Sep - 4:25

1793. ARMEES du Nord – Neerwinden - 18 Mars

Lieutenant-Général Dumouriez

Armée de Belgique – Dumouriez
Armée des Ardennes – Valence
Armées du Nord - Miranda
40 à 45000 hommes dont 38000 fantassins et 5000 cavaliers


*ces troupes sont affectées à l’avant-garde, mais leur brigade d’affectation n’est pas claire
** ligne (vraisemblablement) ou de volontaires ???


Sources : DBN, Champs de Bataille N°38, Nafziger, Tranié, Victoire et Conquètes


ARMEE DES ARDENNES (Droite)
Lieutenant-Général Valence 14000 hommes

Réserve d’Artillerie: 1600 hommes

Batterie à Pied - 12 Lb 6-8p
Batterie à Pied - 12 Lb 6-8p
Batterie à Pied - 8 Lb  6-8p
2 Cie Sapeurs

Avant-Garde – Lieutenant-Général Lamarche (1°colonne):5000 hommes

Batterie à Pied  – 6 ou 8Lb 4-6p

Btn Chasseurs Volontaires de Naulet 300h

3 Bataillons Grenadiers ** 880-900 h

I / 8°Rgt Ligne 600-700 h
I / 56°Rgt Ligne 600-700 h
I / 58°Rgt Ligne 600-700 h
VI°Btn Volontaires Paris 500-600 h
II°Btn Volontaires Ardennes 500-600 h
III°Btn Volontaires Meurthe 500-600 h
5 ° Rgt Hussards 300-400 h 3 esc

Division du Centre -  Lieutenant-Général Le Veneur (2°colonne) :4000 h

Batterie à Pied  – 6 ou 8Lb 6-8p
Batterie à Cheval – 4 ou 6Lb 4-6p
1°Btn Chasseurs ** 150 h

I/ 17°Rgt Ligne 600 h
I/ 47°Rgt Ligne 600 h
II°Btn Volontaires Meurthe 400-500 h
V°Bataillon Volontaires Paris 400-500 h
X°Bataillon Volontaires Paris 400-500 h
II°Btn Volontaires Saone-&-Loire 400-500 h
II°Btn Volontaires Sarthe 400-500 h
II°Btn Volontaires Nord 400-500 h
5°Rgt Hussards 100 h  1 esc
Rgt Chasseurs 100 h 1 esc
3°Rgt Cavalerie 200-300 h 3 esc
21°Rgt Cavalerie 200-300 h 3 esc

Division de Droite -  Lieutenant-Général Neuilly (3°colonne) 4000 h

Batterie à Pied  – 6 ou 8Lb 6-8p
V°Btn Chasseurs Volontaires Meuse 100 h
Btn Grenadiers Garde Nationale 500 h
2°Rgt Dragons 300 h  3 esc
10°Rgt Dragons 300 h 3 esc

Division de Gauche -  Lieutenant-Général Diettmann (détaché sous Chartres)



ARMEE DE BELGIQUE

Lieutenant-Général Louis-Philippe Egalité, Duc de Chartres (remplace Dumouriez)

Avant-Garde – Maréchal de Camps Dampierre (5°colonne)

Batterie à Pied de Volontaires Cuny * 80h
1°Batterie / 6°Rgt d’Artillerie à Cheval 80h
3°Batterie /   °Rgt d’Artillerie à Cheval* – Capt Hanique 80 h

I°Bataillon Volontaires Indre et loire *300-400 h
I°Bataillon Volontaires Meurthe *100 h
V°Bataillon Volontaires Meurthe *300-400h
I°Bataillon Volontaires Marne *300-400 h
II°Bataillon Volontaires Marne *300-400 h
II°Bataillon Volontaires Meuse *100 h
Bataillon Volontaires Nièvre *300-400 h
Bataillon Volontaires Butte des Moulins *300-400 h
IX°Bataillon Réserve *300-400 h
II°Bataillon Volontaires Paris * 300-400 h
IX°Bataillon Volontaires Paris *300-400 h
IV°Bataillon Fédérés *300 h
Bataillon Volontaires (belges) Liegeois *200 h
Btn / 54°Rgt Ligne *400-500 h


Maréchal de Camps Dampierre 3000 h

9°Bataillon Chasseurs 400-500 h
I°Bataillon Grenadiers **300 h
II°Bataillon Grenadiers **300 h
Bataillon Francs (Cie Magnee et Cambrelots) 100 h
19°Rgt Ligne: I°Bataillon 400-500 h  II°Bataillon 400-500 h
1°Rgt Hussards 300 h 3 esc
5°Rgt Dragons 200-300 h 3 esc


Maréchal de Camps Stengel

10°Bataillon Chasseurs 300 h
III°Bataillon Grenadiers **300 h
IV°Bataillon Grenadiers **300 h
I°Bataillon Francs 300 h
29°Rgt Ligne: I°Bataillon 400-500 h ; II°Bataillon 400-500 h
3°Rgt Chasseurs à Cheval 300-400 h 3 esc
7°Rgt Dragons 150 h 3 esc


Maréchal de Camps Lanque

14°Bataillon Chasseurs 300 h
V°Bataillon Grenadiers ** 300 h
VI°Bataillon Grenadiers ** 300 h
III°Bataillon Francs 300 h
72°Rgt Ligne : I°Bataillon 400-500 h ;II°Bataillon 400-500 h
6°Rgt Chasseurs à Cheval 300-400 h 3 esc
12°Rgt Chasseurs à Cheval 300-400 h 3 esc
18 °rgt Cavalerie 200-300 h 3 esc

Lieutenant-Général Diettmann (détaché de l’armée du Nord) (4°colonne) :3000 h


Batterie à Pied  – 6 ou 8Lb 6-8p
1 Btn Chasseurs **150 h
I / 25°Rgt Ligne 600-700 h
I / 38Rgt Ligne 600-700 h
I / 43Rgt Ligne 600-700 h
I / 45Rgt Ligne 600-700 h
IV°Btn Volontaires Vosges 100 h
I°Btn Volontaires Mayenne 100 h
I°Btn Volontaires Sarthe 100 h
Esc ou Btn / Gendarmerie 100 h
12°Rgt Chassseurs 100 1 esc
7°Rgt Cavalerie 200-300 3 esc
16°Rgt Cavalerie 200-300 3 esc


Flanc Gauche – Maréchal de Camps Miaczynski (6°colonne) :3178 h

Batterie à Pied – 4Lb 100h 8p
Batterie à Cheval – 4Lb 50h 6p

I° / 99°Rgt Ligne 600-700 h
III°Bataillon Volontaires des Ardennes 300-400 h
I°Bataillon Volontaires Charentes 300-400 h
Bataillon Franc (Cie Clemendat et Abbeville) 100 h

Légion des Ardennes 1200 h :
I°Bataillon Légion des Ardennes 500-900 h
II°Bataillon Légion des Ardennes 500 h
I°Escadron Légion des Ardennes 150-300 h
II°Escadron Légion des Ardennes 150 h
2°Rgt Hussards 200-300 h 3 esc

Flanc Droit – Maréchal de Camps Fregeville 1558 h

Batterie à Pied – 6 ou 8Lb 6-8p

I°Btn Volontaires Aisnes 400-500 h
I°Btn Volontaires Seine et Marne 400-500 h
2°ou 11°Rgt Chasseurs à Cheval  300-400 h 3 esc
13°Rgt Dragons 300-400 h 3 esc

Réserve du Corps d’Armée 12499 h

Batterie  / 1°Rgt Artillerie à Pied 90 h
Batterie  / 6°Rgt Artillerie à Pied 70 h
Batterie  / 8°Rgt Artillerie à Pied 20 h
Cie mineurs 20 h
Bataillon Chasseurs Volontaires des Quatre Nations 100 h
Bataillon Légion Bavaroise 400 h
Bataillon Corps Brestois 100 h
I°Bataillon Volontaires Allier 400 h
I°Bataillon Volontaires Côtes d’Or 400 h
II°Bataillon Volontaires Corrèze 400 h
I°Bataillon Volontaires Eure et Loir 400 h
I°Bataillon Volontaires Mayenne et Loire 400 h
IV°Bataillon Volontaires Meuse 400 h
V°Bataillon Volontaires Oise 400 h
II°Bataillon Volontaires Paris 400 h
VII°Bataillon Volontaires Paris 400 h
I°Bataillon Grenadiers de Paris 200 h
I°Bataillon Volontaires Pas de calais 100 h
I°Bataillon Volontaires Seine et Oise 400 h
I°Bataillon Volontaires Somme 400 h
II°Bataillon Volontaires de la Vienne 400 h
I°Bataillon Volontaires Vendée 400 h
III°Bataillon Volontaires Yonne 400 h
VI°Bataillon Volontaires Nation 400 h
Bataillon Volontaires Républicain 400 h
II°Bataillon Fédérés 300 h
5°Rgt Ligne 400 h 1 bat
34°Rgt Ligne 400 h 1 bat
49°Rgt Ligne 400 h 1 bat
74°Rgt Ligne I°Bataillon 400 h
83°Rgt Ligne I°Bataillon 400 h II°Bataillon 400 h
94°Rgt Ligne I°Bataillon 400 h
98°Rgt Ligne 400 h 1 bat
104°Rgt Ligne I°Bataillon 400 h  II°Bataillon 400 h
7°Rgt Dragons 100 1 esc
12°Rgt Chasseurs à Cheval 100 1 esc
13°Rgt Chasseurs à Cheval 100 1 esc
Gendarmerie Nationale 100 h 1 esc


ARMEE DU NORD (Gauche)

Lieutenant-Général Miranda Chef Etat-Major  

Réserve d’Artillerie 200 h :
Batterie à Pied - 12 Lb 6-8p
Batterie à Pied - 8 Lb 6-8p
2 Cie Sapeurs

Avant-Garde – Lieutenant-Général La Marlière

Batterie à Cheval – 4 ou 6Lb 30-50 h 4-6p
Bataillon Grenadiers ** 350-450 h
Bataillon Grenadiers **350-450 h
Bataillon Grenadiers **350-450 h
Bataillon Grenadiers **350-450 h
I / 2°Rgt Ligne 700-800 h
I / 15°Rgt Ligne 700-800 h
II°Btn Volontaires Indre-&-Loire 500-600 h
V°Btn Volontaires Saone-&-Loire 500-600 h
I°Btn Volontaires Deux Sèvres 500-600 h
I°Btn Volontaires Seine Inférieure 500-600 h
Btn Théatre Français 300 h
IX°Btn Fédérés 300 h
3°Rgt Cavalerie 400 h 3 esc
5°Rgt Chasseurs 400 h 3 esc

Division de Droite – Lieutenant-Général Ruaul (7°colonne)
:7000

Batterie à Cheval – 4 ou 6Lb 4-6p
Batterie à Pied – 6 ou 8Lb 4-6p
I / 78°Rgt Ligne 400-500 h
II / 78°Rgt Ligne 400-500 h
II / 81°Rgt Ligne 400-500 h
I / 87°Rgt Ligne 400-500 h
V°Btn Volontaires Seine Inférieure 400-500 h
II°Btn Volontaires Somme 400-500 h
I°Btn Volontaires Haute Vienne 400-500 h
VIII°Btn Volontaires Nord 400-500 h
I°Btn Volontaires Moselle 400-500 h
Bataillon Fontaine de Grenelle 300-400 h
Bataillon Pallois 300-400 h
Bataillon St Martin 300-400 h
3°Rgt Dragons 200-300 h 3 esc
6°Rgt Cavalerie 200-300 h 3 esc

Division de Gauche – Lieutenant-Général Champmorin (8°colonne):  6000 h


Maréchal de Camps Chanal

9°Cie / Artillerie à Cheval – 4 ou 6Lb 40-50 4-6p
Batterie à Pied – 6 ou 8Lb 70-80 h 4-6p

II / 24°Rgt Ligne 400-500 h
II / 71°Rgt Ligne 400-500 h
II / 74°Rgt Ligne 400-500 h
II / 89°Rgt Ligne 700-800 h
I°Btn Volontaires Manche 500-600 h
I°Btn Volontaires Côtes du Nord 500-600 h
I°Btn Volontaires Oise 500-600 h
II°Btn Volontaires Eure 500-600 h
III°Btn Volontaires Lot 500-600 h
IV°Btn Volontaires Somme 500-600 h
Bataillon St Denis 300 h
Bataillon Quatre Nation 300 h
13°Rgt Cavalerie 200-300 h 3 esc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nounours59
Caporal


Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 06/09/2014

MessageSujet: Re: 18 mars 1793 Neerwinden   Dim 28 Sep - 5:08

1793. ARMEE des PAYS-BAS AUTRICHIENS –  Bataille de Neerwinden  – 18 mars  

Général –Lieutenant Duc de Saxe-Cobourg 43.000 h

Avant-Garde – Lieutenant-Général Archiduc Charles


Batterie à Pied – 12Lb
Batterie à Pied – 12Lb

Colonel Michaljevich

I°Btn Chasseurs Mahony
II°Btn Chasseurs Mahony
III°Btn Chasseurs Mahony
Btn Chasseurs Franc O’Donell
½ Btn Chasseurs Franc Branovazky
1 Esc / Rgt Hussards Esterhazy

Colonel Schwartzenberg

Btn Chasseurs Franc O’Donell
½ Btn Chasseurs Tyroliens
½ Btn Chasseurs Franc Branovazky
Rgt Uhlans Schwartzenberg 3 esc


Colonel Gruber

I°Btn / 33°Rgt Ligne Sztaray + 2p
II°Btn / 33°Rgt Ligne Sztaray + 2p

Colonel Devay

Bataillon Grenadiers Pückler
Bataillon Grenadiers Braye
Bataillon Grenadiers Hongrois Barthodeizsky
32°Rgt Hussards Esterhazy 6 esc

Colonel Mylius

Btn Chasseurs Franc Grun-Laudon
½ Btn Chasseurs Tyroliens
1 Esc / Rgt Hussards Esterhazy



1°Ligne - Feld-Maréchal-Lieutenant Ferraris

Chef Etat-Major  Lt-Gal Duc Ferdinand de Wurtemberg

Batterie à Pied – 12Lb

Général-Major

3°Rgt Ligne Archiduc Charles
Btn Fusiliers + 2p
10°Rgt Ligne Kheul
Btn Fusiliers + 2p
Btn Fusiliers + 2p

Général-Major

28° ou 38°Rgt Ligne Wartensleben
Btn Fusiliers +2p
Btn Fusiliers +2p
59°Rgt Ligne Jordis
Btn Fusiliers

Général-Major

35°Rgt Ligne Bretano
I°Btn Fusiliers +2p
II°Btn Fusiliers +2p
III°Btn Fusiliers +2p

Général-Major

12°Rgt Cuirassiers Kavanagh 6 esc


Général-Major


14°Rgt Cuirassiers Nassau 6 esc


Général-Major

1°Rgt Cuirassiers Kaiser 2 esc
5° Rgt Cuirassiers Duc Albert 2 esc


2°Ligne - Feld-Maréchal-Lieutenant Colloredo

Chef Etat-Major  Lt-Gal Benjowski

Batterie à Pied – 12Lb

Général-Major Ferrer von Hoditz

54°Rgt Ligne Callenberg
Btn Fusiliers +2p
Btn Fusiliers +2p
57°Rgt Ligne J.Colloredo
Btn Fusiliers + 2p

Général-Major

15°Rgt Ligne Alton
Btn Fusiliers +2p
25°Rgt Ligne Brechainville
Btn Fusiliers +2p
Btn Fusiliers +2p

Général-Major

10°Rgt Cuirassiers Zechwitz 6 esc

Général-Major

4°Rgt Dragons Cobourg 2 esc
18°Rgt Chevau-légers Karaczay 2 esc


Réserves - Général-Lieutenant Cleyfayt

Chef Etat-Major  Lt-Gal Alvincy

Batterie à Pied – 12Lb
2 Cie Pionniers

Général-Major Gottfried von Lützow

30°Rgt Ligne Prince de Ligne

Btn Fusiliers + 2p
Btn Fusiliers + 2p
58°Rgt Ligne Vierset
Btn Fusiliers + 2p

Général-Major

38°Rgt Ligne Wurtemberg
Btn Fusiliers + 2p
Btn Fusiliers + 2p
55°Rgt Ligne Murray
Btn Fusiliers + 2p

Général-Major

34°Rgt Ligne Esterhazy
I°Btn Fusiliers +2p
II°Btn Fusiliers +2p
III°Btn Fusiliers  +2p
IV°Btn Fusiliers +2p

Général-Major Mikovini


Bataillon Grenadiers Leuwen
Bataillon Grenadiers Morzin
Bataillon Grenadiers Rousseau

Général-Major

16°Rgt Hussards Blankenstein 6 esc

Général-Major

31°Rgt Chevau-légers Latour 8 esc


Contingent Hollandais

Rgt Ligne Waldeck
I°Btn Fusiliers
II°Btn Fusiliers
Rgt Ligne Stokkar
I°Btn Fusiliers
II°Btn Fusiliers
Rgt Ligne May
Btn Fusiliers
Rgt Ligne Welderen
I°Btn Fusiliers



Sources : Digby Smith, Nafziger, Army of the first Republic, Victoire et Conquêtes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 18 mars 1793 Neerwinden   

Revenir en haut Aller en bas
 
18 mars 1793 Neerwinden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galerie de Mars [2012]
» Cours par ChatBox - Samedi 30 Mars 2013
» BeIN Sport en clair du 06 au 11 mars pour les client Bbox ADSL.
» BONNE JOURNÉE DE LA FEMME ..... 8 MARS 2016
» Photos de Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Première coalition-
Sauter vers: