Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Irlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: Irlande   Mer 24 Oct - 14:49

La société des patriotes irlandais s’est radicalisée et s’est transformée en une société secrète à la suite de son interdiction. Leur programme était plus radical : « renverser la tyrannie gouvernementale, briser les liens qui attachent l’Irlande à l’Angleterre, conquérir une réelle indépendance, et enfin oublier les particularismes religieux. Les patriotes irlandais cherchèrent l’alliance de la France, en guerre avec l’Angleterre depuis 1793. Des contacts ont été établis entre le gouvernement français et le directoire exécutif des irlandais unis. Ce fut Theobald Wolfe Tone qui fut le véritable artisan de l’alliance franco-irlandaise. Réfugié à Paris, il a harcelé les ministres et fini par les rallier à sa cause. Le général Lazare Hoche fut chargé de monter l'Expedition d'Irlande (1796). Une armée de 15 000 hommes embarqués sur quarante deux vaisseaux est sortie de la rade de Brest le 15 décembre 1796. Mais elle fut dispersée par la tempête. À cause des éléments naturels, et aussi de la mauvaise volonté des officiers, une occasion favorable a été irrémédiablement gâchée. Affolés par les menaces de débarquement, les groupes protestants réactionnaires ont multiplié les abus et les provocations en formant de nombreuses milices (Wrekers et Peep O’day boys). De plus entre mars 1796 et avril 1797, presque la totalité de l’Irlande est placée sous la loi martiale. La presse contestataire est interdite, et les principaux dirigeants sont arrêtés. Les troupes anglaises du général Lake ont désarmé les Irlandais en commettant de nombreuses exactions (meurtres, tortures, incendies). De leur côté, les patriotes irlandais préparent une insurrection générale.

En 1798, une dénonciation permit au gouvernement de décapiter l’organisation révolutionnaire, et une dizaine de chefs sont arrêtés. C’est dans ce climat de violence et de méfiance débute l’insurrection générale le 23 mai 1798, elle fut écrasée par des forces anglo-irlandaises le 21 juin 1798. La rébellion de juin 1798 a échoué car le mouvement était désorganisé et la plupart des chefs des Irlandais Unis étaient en prison. Ce nouveau soulèvement est nourri aussi bien par l'émancipation des États-Unis que par l'exemple de la Révolution française (il est commémoré par la chanson The Wind That Shakes the Barley).


Caricature illustrant la charge des chasseurs français à bataille de Castlebar.C’est le moment que choisit le directoire pour monter une nouvelle Expedition d'Irlande (1798), analogue à celle de 1796. Le 6 août 1798, une petite escadre pris la mer avec un millier d’hommes à son bord, sous le commandement du général Humbert. Le 27 aout 1798, lors de la Bataille de Castlebar, les forces françaises et les rebelles irlandais l’emportèrent sur une force de 6 000 Britanniques dans ce qui fut plus tard surnommé la « course de Castlebar » pour se moquer de la vitesse et la distance que les Anglais parcoururent dans leur fuite. Une éphémère République de Connaught a été déclarée après la victoire et John Moore (irlandais), chef de la Mayo Irlandais-Unis a été déclaré son président. Encerclé à Ballynamuck par des forces supérieures en nombre, le général Humbert dû capituler. Une petite flotte commandée par le général Hardy, avec Wolfe Tone, s’était portée en renfort. Elle fut défaite dans la baie du Donegal. Wolfe Tone fut jugé à Dublin devant la cour martiale. Il fut condamné au gibet. La veille de l’exécution, il se trancha la gorge avec un canif et agonisa toute une semaine avant d’expirer le 19 novembre 1798.

La répression est terrible et le 1er août 1800, en réaction, la Grande-Bretagne proclame un « acte d'union » unissant totalement l'Irlande au nouveau Royaume Uni.

Des patriotes irlandais participent aux guerres napoléoniennes, au côté de la Grande Armée dans une Légion irlandaise.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: Bataille de Castlebar 27/08/1798   Mer 24 Oct - 14:52

La bataille de Castlebar s’est déroulée le 27 août pendant la rébellion irlandaise de 1798 où une force combinée de 2 000 Français et rebelles irlandais l’emportèrent sur une force de 6 000 Britanniques dans ce qui fut plus tard surnommé la « course de Castlebar » pour se moquer de la vitesse et la distance que les Anglais parcoururent dans leur fuite.


Le débarquement
Les renforts français, attendus depuis longtemps pour aider la rébellion irlandaise arrivèrent le 22 août. Environ 1 100 soldats sous les ordres du Général Humbert débarquèrent dans le Comté de Mayo. Bien que les forces aient été peu nombreuses, le site isolé avait permis un débarquement sans grande opposition, loin des dizaines de milliers de soldats britanniques concentrés dans l’est dans Leinster, occupés dans des opérations contre les poches de résistance des rebelles. La ville voisine de Killala fut rapidement occupée après une brève résistance par des petits propriétaires locaux. Ballina fut prise à son tour deux jours plus tard, après la déroute d’une force de cavalerie envoyée par la ville pour s’opposer aux républicains. Les volontaires irlandais se joignirent progressivement aux Français dès la nouvelle de leur arrivée.

Le Lord lieutenant d'Irlande Cornwallis, demanda d’urgence des renforts d’Angleterre mais toutes les forces disponibles ont été concentrées à Castlebar sous le commandement du général Lake, le vainqueur de la bataille de Vinegar Hill. Les forces britanniques de Castlebar comprenaient 6 000 soldats, une douzaine de pièces d’artillerie et disposaient d'un important approvisionnement.

Les préparatifs
Laissant environ 200 soldats à Killala pour couvrir ses arrières, Humbert prit la tête d’une force combinée d’environ 2 000 Français et Irlandais et marcha le 26 août sur Castlebar. Devinant sans difficulté son objectif, les Anglais s’y fortifièrent, forts de leur avantage numérique et de leur artillerie pour repousser une attaque frontale à partir de la route de Ballina. Cependant, les rebelles irlandais, connaissant bien le terrain, conseillèrent aux Français d’utiliser un autre itinéraire pour se rendre à Castlebar, en passant à l’ouest, par les rives du lac Lough Conn que les Britanniques croyaient infranchissable pour une armée moderne équipée d'artillerie. Quand les avant-postes repérèrent l’ennemi en approche, les Anglais, surpris, durent à la hâte déplacer leur artillerie.

L’attaque
Celle-ci était à peine redéployée quand l’armée franco-irlandaise apparut à proximité de la ville, à environ 6 heures du matin. Les Britanniques ouvrirent le feu. Les Français cependant identifièrent rapidement un défilé offrant une certaine protection, qui faisait face au centre de la ligne d’artillerie. Les grenadiers français et irlandais de l'adjudant général Jean Sarrazin (général) firent face aux canons anglais au centre du dispositif.

L'adjudant général François-Xavier Octavie Fontaine et le capitaine Louis de Crestou, à la tête de 43 hommes du 3e régiment de chasseurs à cheval, prirent à revers les Anglais sur leur flan gauche, firent mettre bas les armes à un régiment, lui enleva 4 pièces de canon et mit les canonniers en fuite. La panique gagna alors les rangs britanniques, qui furent mis en déroute.

Quelques soldats des milices de Longford et de Kilkenny coururent pour rejoindre les rebelles et prendre part à la lutte contre leurs anciens alliés. Une unité de cavalerie et l’infanterie régulière britannique essayèrent bien de tenir tête, mais furent rapidement submergées.

La « course de Castlebar »
Dans la déroute des soldats britanniques, des quantités importantes de fusils et d’équipements furent abandonnés, parmi lesquels les bagages personnel du général Lake. Bien que n’étant plus poursuivis un mile ou deux au-delà de Castlebar, les Anglais ne s’arrêtèrent pas avant d’atteindre Tuam, quelques unités se sauvèrent jusqu’à Athlone. La panique était telle que seule l’arrivée de Cornwallis à Athlone stoppa la fuite devant le Shannon.

Bien que réalisant une victoire spectaculaire, les pertes des Français et des Irlandais furent élevées, environ 150 hommes, tués pour la plupart lors de la canonnade au début de la bataille. Les Anglais ont souffert de plus de 350 pertes dont environ 80 morts et peut-être 150 qui se joignirent aux rebelles. Après la victoire, les milliers de volontaires se sont assemblés pour rejoindre les Français qui ont également envoyé une demande de renforts en France et ont formellement déclaré la République de Connaught.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
papou
Soldat recrue
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/01/2013

MessageSujet: Re: Irlande   Mar 1 Jan - 7:53

L'expedition d'Irlande de 1798
Le 22 août 1798, 1 000 soldats français commandés par le général Humbert débarquent dans le nord-ouest de l'Irlande, à Kilcummin dans le comté de Mayo.
La bataille de Castlebar se déroula le 27 août 1798 pendant la rébellion irlandaise où une force combinée de 2 000 Français et de Patriotes irlandais l’emportèrent sur une force de 6 000 Britanniques dans ce qui fut plus tard surnommé la « course de Castlebar » pour se moquer de la vitesse et la distance que les Anglais parcoururent dans leur fuite.
François-Xavier Fontaine et le capitaine rouergat Louis de Crestou, à la tête de 43 chasseurs à cheval du 3e régiment, firent mettre bas les armes à un régiment anglais, lui enleva 4 pièces de canon et mit les canonniers en fuite. La panique gagna alors les rangs britanniques, qui furent mis en déroute. Cette victoire resta dans l'histoire sous le nom de "la course de Castlebar" pour se moquer de la vitesse et la distance que les Anglais parcoururent dans leur fuite.
Louis de Crestou est tué lors d'une des charges meurtrières de la "course de Castlebar ".
Les français installent une république éphémère, la République de Connaught, avant d'être finalement battus à la bataille de Ballinamuck, dans le comté de Longford, le 8 septembre 1798.
Le 16 septembre, une armée de 3000 hommes supplémentaires conduits par le Général Hardy, et par Wolfe Tone, accosta dans la baie de Rutland (Co. Donegal). La flotille tomba sur l’escadre anglaise et dut se rendre. Theobald Wolfe Tone fut reconnu, arrêté et conduit à Dublin. Traduit en cour martiale le 10 novembre 1798, il revendiqua ses actes et réclama, par égard pour son uniforme de chef de Brigade de l’armée française, d’être fusillé comme un soldat et non pendu comme un malfaiteur. Ses juges le condamnèrent néanmoins, à la pendaison. Mais, refusant la corde infâme, il se trancha la gorge dans sa cellule et agonisa pendant une semaine avant de mourir, le 19 novembre 1798. Sa mort marqua la fin définitive de l’insurrection de 1798.
Les prisonniers français furent échangé et les irlandais pendus par les anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
papou
Soldat recrue
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/01/2013

MessageSujet: Re: Irlande   Mar 1 Jan - 7:54

" Mort aux ennemis et aux traîtres!
Ils arrivent, ils arrivent.
Regarde les myriades de Français
Qui viennent nous libérer.
Prends, prends ton épieu
Bats, rebats du tambour
Ils sont ici, mes amis,
Pour nous sauver.
En avant ! Allez la musique,
Allons, les gars, vive la liberté!
C’est la lune qui se lève.
Mort aux ennemis et aux traîtres!
En avant ! Allez la musique,
Allons, les gars, vive la liberté!
C’est la lune qui se lève.
Ils se sont bien battus pour la pauvre vieille Irlande,
Et leur destin fut fort amer
Ah ! Comme la glorieuse année quatre-vingt dix-huit
Est comblée de fierté, de gloire et de tristesse !
Et bien, grâce à Dieu, il y a toujours des cœurs ardents
Qui battent chez les hommes valeureux,
Prêts à marcher sur leurs pas
Dès que la lune se lèvera ! "

“ The Rising of the Moon ”
Ballade irlandaise 1798
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
papou
Soldat recrue
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/01/2013

MessageSujet: Re: Irlande   Mar 1 Jan - 7:58

Louis de Crestou

Capitaine Rouergat

Louis Marie de Crestou est né en 1756 dans la province du Rouergue. Formé au métier des armes par son père, il s'engage avec les volontaires français pour prendre part à la guerre d'indépendance des Etats-Unis en 1777. Blessé au siège de Savannah en 1779, il rentre en France ou il va exercer divers métiers dont celui de marechal-ferrand qui lui donne le gout des chevaux.

Après la révolution en 1792, il reprend du service dans les chasseurs à cheval et part en 1798 en Irlande avec les forces du général Humbert pour une campagne à travers le conté de Mayo pour liberer le pays des anglais.

Lors d'une charge, qui mis en déroute l'armée anglaise à Casltebar, il meurt le 27 aout 1798
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irlande   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irlande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire d'une Aulie en Irlande
» carte Europe dans Nuvi 510
» GALWAY RPG [IRLANDE] ☆ I'll Always Remember
» Mode vestimentaire scot/irlandais
» Les irlandais et les prêtres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Seconde coalition-
Sauter vers: