Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1805 des "britanniques" débarquent en Allemagne du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
franckT
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : evry
Date d'inscription : 30/11/2005

MessageSujet: 1805 des "britanniques" débarquent en Allemagne du Nord   Mer 24 Oct - 9:16

Par MASSON Bruno :
La position anglaise à l'été 1805 est assez forte, la France n'a plus la flotte nécessaire pour envahir les Îles, et le camp de Boulogne a été rompu, ce qui libère une vingtaine de milliers de soldats anglais, assistés par la KGL qui en mi-1805 compte déjà 2 régiments de cavalerie, 2 bataillons léger, 4 de ligne et 5 batteries, pour un peu plus de 7000 hommes, dont 6000 sont disponibles (le reste est composés de cadres et de recrues en formation).

La première possibilité envisagée par Pitt est une descente à Boulogne pour détruire la flottille, et une "étude de faisabilité" est demandée à Moore, qui très vite condamne l'entreprise comme trop hasardeuse. On se redirige alors soit sur les Pays-Bas (déjà et encore) ou l'Allemagne du Nord. cette dernière est choisie assez vite, car les Russes proposent 30 000 hommes, le Roi de Suède est furieux contre Napoléon depuis l'assassinat du Duc d'Enghien et le Roi de Prusse propose 100 000 hommes contre le Hanovre (sa marotte permanente).

le 7 Septembre, l'armée Prussienne est sur le pied de guerre, mais interdit l'entrée des Russes sur son territoire (contrairement au traité qui lie les deux puissances), tout en affirmant à Duroc (ambassadeur Français à Berlin) qu'il lui faut le Hanovre pour rester neutre. Alexandre envoie deux ultimatums polis pendant ce mois, menaçant de violer la frontière si on ne lui permet pas le passage, mais sans aller jusqu'aux actes...

Les Anglais continuent leurs préparatifs, avec une première vague de 11 000 hommes dont 6000 de KGL prête à embarquer début octobre, suivie par une deuxième de 6000 et une réserve de 12 000 en Angleterre. Le 6 octobre, le Roi de Prusse apprend la violation d'Anspach, et entre dans une violente colère. Il envoie leurs passeports aux émissaires français, invite les Russes à pénétrer son royaume et envahit le Hanovre, en appelant les Anglais à débarquer. Ces dernier embarquent donc la première vague entre le 16 et le 25 octobre, et arrivent à Cuxhaven le 17 Novembre.

Mais entretemps, la nouvelle de la victoire de Ney à Elchingen le 14 Octobre arrive à Berlin, et le Roi vacille. Il interdit aux Russes de progresser, et décide d'éviter même de rencontrer le Tsar, qui arrive à Berlin le 25 et "remonte" Fréderic-Guillaume. Duroc part sous la menace, un ambassadeur prussien est envoyé le 3 Novembre à Napoléon pour lui signifier que si il n'est pas sur le Rhin le 15 Décembre, la Prusse rentrera en Guerre avec 180 000 hommes.

En même temps, début Novembre une convention est signée entre les Suédois, les Russes et les Anglais, selon laquelle un corps de 20 000 Russes et 12 000 Suédois devait partir de Stralsund pour se diriger vers le Hanovre, là rencontrer les 25 000 Anglais sous Lord Cathcard et se joindre à l'armée prussienne censée les y attendre. A ce moment, des idées d'action contre Walcheren depuis le Hanovre se font jour dans le cabinet de Pitt (obsession, obsession...).

le 8 Novembre, le général Van der Decken, envoyé en avance, annonce que les Russes et Suédois progressent vers l'ouest, que les Prussiens sont sur l'Ems et occupent Bentheim, tenant le passage vers les Pays-Bas, mais vivent sur le terrain et molestent la population.Tous les Français disponibles se sont regroupés à Hameln, sous blocus d'un détachement prussien. Le Duc de Brünswick (commandant en chef prussien) attend avec impatience l'arrivée de autres contingents pour libérer son armée en vue de l'offensive. Il propose 15 000 hommes pour l'avancée en Flandres.

Malheureusement, il n'y a pas un officier russe pour accueillir le Roi de Suède à Stralsund, tous sont partis à Berlin voir le Tsar, et Gustave-Adolphe, vexé, annonce qu'il rembarque et rentre chez lui. Le retour du Comte Tolstoï et les assurances des ministres présents le calment, mais plusieurs jours sont perdus.

Entre temps, les deux vagues Anglaises sont débarquées entre Cuxhaven, Bremenlehe et l'Ems, ont avancé sur la Weser inférieure, entre Verden et Blumenthal, avec des avant-gardes sur la Hunte, les Russes poursuivant la ligne jusqu'à Hameln et les Prussiens observant le Sud, avec le QG de Brünswick à Hildesheim.

Et là, ils se trouvent bloqués, car les réquisitions françaises et prussiennes ont épuisé le pays, et les moyens de transport sont difficiles à trouver. Il est néanmoins décidé d'attendre les premiers froids qui gèleront les canaux pour progresser vers les ports des Pays-Bas. La réserve Anglaise est néanmoins envoyée et débarquée sur l'Ems dans les premiers jours de Décembre.

Malheureusement, le 14 arrive la nouvelle d'Austerlitz, et le haut-commandement prussien s'interdit alors tout mouvement offensif. Une fausse rumeur de défaite française suivant cette bataille renouvelle un peu les espoirs, mais le 29 arrive l'information de l'armistice autrichien, ce qui bloque les Prussiens, et les Russes (mis sous les ordres prussiens par Alexandre), alors que le Roi de Suède refuse d'obéir en quoi que ce soit aux Prussiens, voire de dépasser l'Elbe, tant que ces derniers ne seront pas plus tranchés dans leurs actes. La position anglaise est alors difficile, car des troupes "françaises" se massent en Flandre, le froid avance qui risque de bloquer les ports, et le devenir des autres contingents est douteux.

Le 7 Janvier Lord Cathcard est avisé par l'envoyé prussien que son maître va sans doute traiter avec les vainqueurs, et le 14 il reçoit de Londres un exemplaire du traité signé entre Talleyrand et Haugwitz le 15 Décembre à Vienne, dans lequel Napoléon donne le Hanovre à la Prusse pour qu'elle se tienne tranquille. Il commence alors les préparatifs de rembarquement vers Cuxhaven, le 13 février tout est près et le 15 la flotte retourne en Angleterre, ayant augmenté les rangs de la KGL de plus d'1/3 pendant la période.

Y.Martin :
A noter que parmi ces troupes une brigade composée des 3e, 8e & 36e est commandée par Wellesley, encore inconnu & revenant des Indes...

vous trouverez l'armée suèdoise plus en amont dans cette campagne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1805 des "britanniques" débarquent en Allemagne du Nord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Dakota 20 me conviendra t-il?
» avis sur garmin 2445LMT et 2460 LMT
» La liseuse éclairée à 99 € Tolino Shine disponible en Allemagne
» F1 GP d'Allemagne 2012:(essais libres-1-2-3-Qualifications)
» recevoir rtl via la bbox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Troisième Coalition :: Campagne de 1805-
Sauter vers: