Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1792 Novembre 6 - Jemappes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PaquitoSan
Ministre


Nombre de messages : 781
Date d'inscription : 28/11/2005

MessageSujet: 1792 Novembre 6 - Jemappes   Jeu 12 Oct - 10:49

Autrichiens
Commandant en chef : Prince Albert Casimir v. Sachsen – Field Marshall Teschen


Aile droite – FML Lilien
7 compagnies
Grün Laudon - Freikorps
O´Donell Freikorps

Brigade Ehrzg. Karl
Bataillon de grenadiers Morzin - 1 bataillon
Bataillon de grenadiers Barthodeiszky - 1 bataillon

Brigade Obst. K. V. Kaim
Régiment d’infanterie Bender - 2 bataillons
Régiment de cavalerie Blankenstein (HR) - 3 escadrons



Centre – FZM F. S. Clerfayt
Régiment d’infanterie Würzburg - 1 bataillon
Régiment de cavalerie lourde Saxe-Cobourg - 4 escadrons

Brigade GM Mikoviny
Bataillon de grenadiers Leeuven - 1 bataillon
Bataillon de grenadiers Pückler - 1 bataillon



Aile gauche – FML Beaulieu
Brigade GM Jordis
Régiment d’infanterie Hohenlohe - 1 bataillon
Régiment d’infanterie Stuart - 2 bataillons
Slavonisch - serbisch. - 5 compagnies
Freikorps Mihailovich
Régiment de cavalerie Blankenstein (HR) - 1 escadron



Réserve de cavalerie – GM Lamberg
Régiment de cavalerie lourde Saxe-Cobourg - 4 escadrons
Régiment de Chevau-légers Latour - 2 escadrons



Réserve d'infanterie
Régiment d’infanterie Hohenlohe - 1 bataillon
Régiment d’infanterie Matheson - 4 compagnies
Chasseurs Tyroliens - 5 compagnies
Infanterie : 11628 hommes, 2168 cavaliers, 14 pièces de 12, 36 pièces de 6 et 3, 6 obusiers 7 pouces.






Général en chef : Charles François Dumouriez
Aile droite - Avantgarde : GL Beurnonville - Maréchal de Corps Dampierre
Compagnie des Quatre Nations - 1 compagnie
Compagnie des Cambrelots - 1 compagnie
1 Compagnie de franche - 1 compagnie
3 Compagnie de franche - 1 compagnie
Légion Belgique - 1 bataillon
19° Régiment de ligne - 1 bataillon
Grenadiers - 1 + 6 bataillons
10° + 14° Chasseurs - 2 bataillons
Volontaires de Paris - 1 + 2 bataillons
1°, 2° et 6° Hussards - 9 escadrons
3° chasseurs à cheval - 3 escadrons
6° chasseurs à cheval - 3 escadrons
12° chasseurs à cheval - 2 escadrons

Liens des flancs : Général Miaczynski
99° régiment de ligne - 1 bataillon
5° chasseurs - 1 bataillon
5° et 13° dragons - 4 escadrons

Flanqueurs rechts : Général Stengel
11° Chasseurs
Garde nationale des Ardennes – 3 bataillons
Compagnie des Clémendos - 1 compagnie
3° et 7° regiment de dragons - 2 escadrons
3 obusiers

Linker Flügel - Erstes Treffen : Général Ferrand

1. Brigade général de brigade Drouet
17° Fédérés - 1 bataillon
Volontaires de Seine-Inférieure - 5 bataillons
Volontaires de Charente - 1 bataillon

2. Brigade général de brigade Desforest
Volontaires de l’Aisne - 1 bataillon
1° régiment de ligne - 1 bataillon
Volontaires de Ste Marguerite - 1 bataillon

3. Brigade général Ferrand
Volontaires de Vendée - 1 bataillon
Volontaires de la Meurthe - 1 bataillon
Volontaires des Deux-Sèvres - 1 bataillon

5. Brigade
Volontaires de Gravilliers - 1 bataillon
29° régiment de ligne - 2 bataillons
Volontaires des Cotes-du-Nord - 1 bataillon

7. Brigade
Volontaires de Lombards - 1 bataillon
34° régiment de ligne - 2 bataillons
Volontaires de la Marne - 2 bataillons

4 Brigade général Ihler
Volontaires de l´Yonne - 3 bataillons
Volontaires de la Cote-d´Or - 1 bataillon
Volontaires de la Vienne - 2 bataillons

6. Brigade
Volontaires d´Eure-et- Loir - 1 bataillon
49° régiment de ligne - 1 bataillon
9° régiment de ligne Fédérés - 1 bataillon

8. Brigade
Volontaires de la Marne - 3 bataillons
71° régiment de ligne - 1 bataillon
Volontaires de St. Denis - 1 bataillon


Zweites Treffen
9. Brigade Gen. Blottefière
Volontaires Républicains - 1 bataillon
83° régiment de ligne - 2 bataillons

11 Brigade
Volontaires de la Meurthe - 5 bataillons
78° régiment de ligne - 2 bataillons
Volontaires de la Meuse - 4 bataillons

13. Brigade
Volontaires de Marne - 1 bataillon
Volontaires de Mayenne-et-Loire - 1 bataillon
Volontaires de l´Eure - 2 bataillons

15. Brigade
Volontaires de Seine-et-Oise - 1 bataillon
98° régiment de ligne - 1 bataillon
Volontaires de Seine-Infèrieure - 1 bataillon

10. Brigade Gen. Stettenhoffen
Volontaires de Butte des Moulins - 1 bataillon
72° régiment de ligne - 2 bataillons

12. Brigade
Volontaires du Pas-de-Calais - 1 bataillon
94° régiment de ligne - 1 bataillon
Volontaires de Paris - 9 bataillons

14. Brigade
Volontaires de la Nièvre - 1 bataillon
Volontaires de l´Allier - 1 bataillon
Volontaires de Seine-et-Marne - 1 bataillon

16. Brigade
Volontaires de Seine-et-Oise - 3 bataillons
104° régiment de ligne - 2 bataillons
Grenadiers des Volontaires de Paris - 1 bataillon



Réserve
Général de Flers
Gendamerie nationale - 2 escadrons
Grenadiers - ? Bataillon

Infanterie 40000 hommes, 3000 cavaliers, 100 canons, davon 6 x 16Pfd.
18 x 6 Pfd. und einige schwere Haubitzen.


Dernière édition par le Jeu 12 Oct - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesaigleslareforme.forum2jeux.com
PaquitoSan
Ministre


Nombre de messages : 781
Date d'inscription : 28/11/2005

MessageSujet: Re: 1792 Novembre 6 - Jemappes   Jeu 12 Oct - 10:56

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesaigleslareforme.forum2jeux.com
PaquitoSan
Ministre


Nombre de messages : 781
Date d'inscription : 28/11/2005

MessageSujet: Re: 1792 Novembre 6 - Jemappes   Jeu 25 Sep - 6:11

source wiki

La bataille de Jemappes (ou Jemmapes) a eu lieu à Jemappes près de Mons en Belgique entre l'Autriche et la France le 6 novembre 1792.

La bataille
L'armée révolutionnaire française, constituée de 40 000 volontaires et commandée par Dumouriez remporte la victoire, notamment grâce à son avantage numérique, contre l'armée autrichienne aux Pays-Bas autrichiens sous les ordres du duc Albert de Saxe-Teschen, qui doit évacuer le pays.

La victoire de Jemappes aboutit à la libération ou l'occupation (selon le point de vue) des Pays-Bas autrichiens. Mais ces derniers repasseront sous le contrôle de l'empereur à l'issue de la bataille de Neerwinden (18 mars 1793).

Nommé maréchal de camp par Charles François Dumouriez, le 20 août 1792, le général Ferrand commande l'aile gauche de l'armée. Il contribua au succès de cette bataille par l'intrépidité avec laquelle il emporta à la baïonnette les villages de Carignan (que l'on peut désigner comme la commune actuelle de Quaregnon) et de Jemappes, et par l'habileté qu'il déploya en manœuvrant sur le flanc droit de l'ennemi.

Louis Philippe d'Orléans (1773-1850), duc de Chartres, âgé à l'époque de 19 ans et connu comme le « général Égalité », ainsi que son frère cadet, Antoine d'Orléans (1775-1807), duc de Montpensier, qui venait d'être promu au grade d'adjudant général, y participèrent du côté des révolutionnaires. Se distinguant dans le commandement de son aile droite, Louis-Philippe, futur roi des Français en 1830 sous le nom de Louis-Philippe Ier, devait s'enorgueillir jusqu'à la fin de sa vie d'avoir été l'un des artisans de cette victoire décisive. Mais le spectacle du sang versé et de la tuerie devait aussi lui inspirer une profonde aversion pour la guerre.

En 1795, après le retour des Français et l'annexion de la Rhénanie et des Pays-Bas autrichiens, la bataille donne son nom au département de Jemappes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesaigleslareforme.forum2jeux.com
nounours59
Caporal


Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 06/09/2014

MessageSujet: Re: 1792 Novembre 6 - Jemappes   Mar 30 Sep - 15:18



Pendant que l’armée française refoulait l’invasion prussienne à Valmy, le duc Albert de Saxe-Teschen, avec 20 000 autrichiens, avait envahi la Flandre et mis le siège devant Lille. - 9 septembre. Mais la résistance héroïque de cette ville et la nouvelle de la retraite des Prussiens le décidèrent à repasser la frontière des Pays-Bas - 8 octobre. Dumouriez, libre de reprendre et d’exécuter lui-même son plan d’invasion dans les Pays-Bas autrichiens, réunit à Valenciennes, une armée de 40 000 hommes.
Soutenu à sa droite par Valence, à sa gauche par Labourdonnaye, le 28 octobre, il s’avance de Valenciennes sur Mons par Quarouble et Quiévrain ; le 3 novembre, il chasse les avant-postes autrichiens de Boussu et du bois de Sars, et se trouve le 5 au soir en présence des autrichiens retranchés sur les hauteurs disposées circulairement en avant de Mons. Il déploie son armée dans la plaine qui s’étend des villages de Pâturages et de Frameries à Mons, et se prépare à combattre les autrichiens le lendemain - 6 novembre.
Les positions des ennemis, défendues par 13 200 hommes, de nombreuses redoutes armées de batteries disposées par étages, paraissaient imprenables. Clerfayt occupe Jemappes et Cuesmes ; Beaulieu campe au-dessus de Berthaimont ; des chasseurs tyroliens défendent le bois de Flénu, et une cavalerie nombreuse se trouve en réserve dans la trouée qui sépare Jemappes de Cuesme, prête à déboucher sur les français dès que le canon des redoutes les aurait ébranlés.
Dumouriez prescrit à d’Harville qui forme notre extrême droite, de se porter sur Berthaimont pour déborder la gauche des autrichiens. Beurnonville à notre droit doit emporter les redoutes de Cuesmes ; Ferrand, à notre gauche se porter sur Jemappes par Quaregnon, pendant que le duc de Chartres, au centre, aborderait le front Jemappes et forcerait la trouée entre ce village et Cuesmes. La canonnade s’engage dès sept heures du matin et dure jusqu’à dix heures. A ce moment, Ferrand, un instant hésitant, mais raffermi par Thouvenot, s’empare de Quaregnon et se lance contre l’extrémité droite de Jemappes. Dumouriez porte alors directement le centre contre Jemappes. Nos soldats reçoivent d’abord sans broncher le feu terrible de l’ennemi et approchent du bois de Flénu, avant-poste de Jemappes et de Cuesmes. Accueillis par la vive fusillade des chasseurs tyroliens, menacées par la cavalerie autrichienne débouchant de la trouée de Cuesmes, il s’arrêtent, reculent et bientôt se débandent. C’est l’instant critique de la bataille. Dumouriez, ses officiers, son domestique Baptiste Renard* s’efforcent de rappeler à la bataille les troupes qui se dispersent. Mais le duc de Chartres est peut-être celui qui montre le plus de présence d’esprit. Il rallie les soldats qui s’écartent sous prétexte de chercher leur bataillon, les forme en une grosse colonne qu’il nomme gaiement le bataillon de Mons, fait battre la charge, et, sous la mitraille, s’élance sur les pentes de Jemappes, entraînant toutes les troupes du centre. Les autrichiens opposent à ce furieux assaut une résistance obstinée jusqu’au moment où ils voient apparaître sur leurs derrières les colonnes de Ferrand et de Thouvenot qui venaient de s’emparer de Jemappes. Clerfayt, menacé d’être pris entre deux feux, se retire sur Mons. Pendant ce temps, notre droite sous Beurnonville, avait eu un moment de défaillance ; mais bientôt, reformée par Dumouriez, elle s’empare de Cuesmes et Beaulieu se décide aussi à la retraite, qui aurait pu être désastreuse si d’Harville avait occupé les hauteurs de Nimy. L’effet moral de cette journée fut immense des deux côtés. La canonnade de Valmy avait donné confiance aux français, la bataille de Jemappes leur donna l’élan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1792 Novembre 6 - Jemappes   

Revenir en haut Aller en bas
 
1792 Novembre 6 - Jemappes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit Cafe Gratuit au McDo du 15 au 28 novembre
» Guide d'achat ordinateurs portables novembre 2012
» Free a reprélevé la facture de janvier 2010 en novembre 2010
» Le Banquier - Capitale One / Prix en argent (fin 23 novembre)
» Les nouveaux Forfaits du 17 novembre, chez Bouygues Télécom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Première coalition-
Sauter vers: