Ordres de Batailles

Les ordres de batailles des guerres de la révolution et napoleoniennes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1807 février 26 - Braunsberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PaquitoSan
Ministre


Nombre de messages : 781
Date d'inscription : 28/11/2005

MessageSujet: 1807 février 26 - Braunsberg   Jeu 13 Juil - 6:47

Osterode, 25 février 1807, midi et demi

Au maréchal Soult, à Liebstadt

Mon Cousin, le maréchal Bernadotte mande qu'hier 24 les Prussiens avaient trois bataillons d'infanterie à Braunsberg et paraissaient avoir été dans l'intention de marcher sur Elbing avec 4,000 hommes. Le 23, ils se sont avancés sur Guttstadt avec quelques bataillons; le maréchal Ney les a culbutés sur Heilsberg, et, le 24, il avait le projet de les pousser sur Heilsberg. Je n'ai point de nouvelles de ce qu'il a appris là. Le 23 au soir, à cinq heures, vous avez rendu compte que vous n'aviez pas jugé à propos de prendre Wormditt. Je n'ai point de nouvelles de vous d'hier.

Le 5e corps a culbuté entièrement tout ce qu'il avait devant lui. Il y a eu des événements assez avantageux de ce côté. Il faut garder en force le pont d'Alken, qui protège le flanc du maréchal Bernadotte. Faites-moi connaître, par le retour de l'officier d'ordonnance que je vous expédie, ce que vous savez et conjecturez, et votre position exacte.

Si vous aviez déjà mandé ce matin au major général tous les renseignements que vous avez, et que vous n'ayez rien à y ajouter, vous pouvez expédier l'officier d'ordonnance demain ou cette nuit, lorsque vous aurez quelques nouvelles.




-----------------------------------------------------------------------------------------
Osterode, 26 février 1801, 5 heures du soir

Au maréchal Soult

Notre position ici sera belle lorsque nos vivres seront bien assurés. Nous avons trouvé à Elbing 80,000 quintaux de blé et une grande quantité de vin ; j'ai beaucoup de biscuit en route de Thorn, et beaucoup de farines à Bromberg; j'espère donc que, dans quatre ou cinq jours, nous serons dans une situation supportable, et que, si nous devions nous réunir sur le beau plateau d'Osterode, nous aurons des vivres.

Le commissaire ordonnateur Mathieu Faviers, que j'ai envoyé Elbing, me rend compte qu'il vous a expédié 10,000 rations de pain et vingt-quatre pièces de vin; qu'il les a expédiées sur Mohrungen.

De Mohrungen à Elbing il n'y a, je crois, que douze lieues; vous aurez donc dû les recevoir aujourd'hui. Mandez-moi ce qu'il en est. J'imagine que vous ne devez pas tarder à recevoir de Marienwerder un convoi qui vous est destiné; et, enfin, les localités, doivent vous fournir quelques ressources.

Dites-moi clairement où en ont été les choses jusqu'à cette heure, et où elles en sont actuellement. Parlez-moi du pain, des pommes de terre, de la viande et de l'eau-de-vie. La grande difficulté, pour tirer des vivres d'Elbing, sera des voitures. Si vous en avez, envoyez-en quelques-unes.

Je reçois votre lettre du 26 à dix heures du matin. L'ennemi a fait des mouvements à peu près pareils aux vôtres, du côté de Guttstadt. Étudiez le pays pour que, lorsque Klein sera arrivé et reposé, et que vos gens auront du pain assuré pour deux jours, vous puissiez sortir et faire à l'improviste une belle expédition qui puisse vous donner 5 ou 600 prisonniers. J'espère que vous avez pris tellement vos mesures que personne ne passe la rivière et que l'ennemi ne peut être prévenu de rien. Voici ce que je sais des mouvements de l'ennemi : les Prussiens étaient à la gauche, du côté de Heilsberg; ils se portent devant vous pour gagner Braunsberg et reprendre la droite. Vous voyez combien ce mouvement est faux, et comme, si nous avions du pain et de l'eau-de-vie, ils pourraient s'en repentir. Faites-moi connaître l'état de situation exact de Klein et de votre corps. Calculez un petit mouvement de nuit qui environne, à huit heures du matin, les postes ennemis. Puisque les Cosaques aiment les parlementaires, envoyez-en qui sachent parler tout autant qu'il faut pour les faire jaser. Je ne pense pas que l'ennemi puisse mettre en bataille, cavalerie et infanterie prussiennes et russes, plus de 55,000 hommes. Je puis, en un jour et demi, en réunir plus de 90,000.

J'ai ordonné une chaîne de postes d'ici à Liebstadt, et j'emploie à cela les Polonais qui n'ont point d'armes. J'en ai 800 qui auront des armes d'ici à deux jours, et alors je vous en enverrai.

Je suppose que vous faites battre du blé dans les cantonnements, et moudre dans les moulins.

--------------------------------------------------------------------------------------

Osterode, 27 février 1807

Au maréchal Lefebvre

Mon Cousin, le major général vous écrit pour vous faire connaître que mon intention est que vous vous empariez sans délai de l'île de Nogat, et que vous établissiez vos communications avec Elbing, Marienwerder et Marienburg. J'attends que vous me fassiez connaître que vous approchez de Danzig et qu'un pont est établi sur le bas de la Vistule, pour porter mon quartier général à Elbing.

Faites passer sans délai sur la rive droite toute la cavalerie polonaise; j'en ai besoin pour l'opposer aux Cosaques. Vous avez assez de cavalerie, ayant deux régiments français; vous avez plus qu'il ne faut pour mettre la terreur dans la cavalerie prussienne.

Donnez-moi de vos nouvelles. Des bruits vagues disent qu'il y a eu une affaire à Dirschau, où vous avez battu la garnison de Danzig. Hier une division russe et prussienne s'est rencontrée à Braunsberg avec le général Dupont, qui les a culbutées, leur a fait 2, 000 prisonniers, pris 2 drapeaux et 14 pièces de canon. Il me tarde d'avoir de vos nouvelles.

Ne faites aucune réquisition sur la rive droite, qui fournit à notre armée; nourrissez-vous sur la rive gauche, et faites faire entre Thom et Danzig, dans les principaux points, des magasins qui puissent nous servir suivant les événements. Il faut surtout que ces magasins contiennent de la farine plutôt que du blé. Si on pouvait y faire du biscuit, ce pourrait être, suivant les circonstances, une grande ressource.

---------------------------------------------------------------------------------------------
Osterode, 2 mars 1807

64e BULLETIN DE LA GRANDE ARMÉE

Voici quelques détails sur le combat de Braunsberg.

Le général Dupont marcha à l'ennemi sur deux colonnes. Le général Bruyère, qui commandait la colonne de droite, rencontra l'ennemi à Zagern, et le poussa sur le ravin qui se trouve en avant de ce village. La colonne de gauche poussa l'ennemi sur Wittenberg, et toute la division ne tarda pas à déboucher hors du bois. L'ennemi, chassé de sa première position, fut obligé de se replier sur le ravin qui couvre la ville de Braunsberg; il a d'abord tenu ferme, mais le général Dupont a marché à lui, l'a culbuté au pas de charge, et est entré avec lui dans la ville, qui a été jonchée de cadavres russes.

Le 9e d'infanterie légère, le 32e, le 96e de ligne, qui composent cette division, se sont distingués. Les généraux Barrois, Lahoussaye, le colonel Sémélé, du 24e de ligne, le colonel Meunier, du 9e d'infanterie légère, le chef de bataillon Bouge, du 32e de ligne, et le chef d'escadron Hubinet, du 9e de hussards, ont mérité des éloges particuliers.

Depuis l'arrivée de l'armée française sur la Vistule, nous avons pris aux Russes, aux affaires de Pultusk et de Golymin, 89 pièces de canon; au combat de Bergfriede, 4 pièces; dans la retraite d'Allenstein, 5 pièces; au combat de Deppen, 16 pièces; au combat de Hof, 12 pièces; à la bataille d'Eylau, 24 pièces; au combat de Braunsberg, 16 pièces; au combat d'Ostrolenka, 9 pièces : total 175 pièces de canon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesaigleslareforme.forum2jeux.com
 
1807 février 26 - Braunsberg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bouquet Grand Angle en clair gratuitement du 3 au 26 février sur Bbox TV
» Comodo Internet Security Pro gratuit en février
» { Pretty Woman
» <@¿@> du 20 février : graine d'Orchis négligé
» <@¿@> du 7 février : Tabouret Bubu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordres de Batailles :: Ordres de batailles :: Quatrième Coalition :: Campagne de Pologne 1806-1807-
Sauter vers: